Accueil
Les anciens Directeurs de publication
17 mars 2016
Martin assogba sur le rôle des osc en période électorale
17 mars 2016

Œuvres sociales et universitaires a l’uac : Les étudiants toujours dans l’attente d’une satisfaction totale

La Directrice du COUS-AC

La Directrice du COUS-AC

CHriSeulement quelques mois après son installation à la tête de l’institution à caractère social de l’Université d’Abomey-Calavi, les actions réalisées par Christhelle Houndonougbo sont
multiples. Mais, toujours est-il que malgré toutes ces réalisations, assez d’attentes estudiantines non moins urgentes restent toujours branlantes et non satisfaites.

Réfection des restaurantsuniversitaires,don d’équipements aux institutions universitaires et aux agents du  Cous-Ac, réfection des résidences universitaires, etc. Il y a assez de réalisations depuis la nomination de Christelle Houndonougbo, D/Cous. Des responsables étudiants aux agents du Cous-Ac en passant par les étudiants, le constat est unanime. Christelle  Dossi Houndonougbo a donné un nouveau visage au Cous-Ac. Nicolas Zinsou, président de l’Union Nationale des Étudiants du Bénin (Uneb) avoue « nous avons constaté qu’il y a eu de changement » et dans la même lancé, Brian Dossou, étudiant au département de philosophie à la Flash, acquiesce : « madame la D/Cous a fait un travail louable, elle a tant bien que mal arrangé le visage de l’institution ». Comme dans le rang des étudiants, le constat est le même chez les agents de l’institution. N’dah Christine, jeune volontaire en service au Cous ajoute « elle a aussi amélioré les conditions de travail de son personnel ». Mais, malgré ces réalisations, des actions assez importantes sont toujours attendues. La question des allocations toujours sur le tapis Même si une bonne partie des listes a reçu satisfaction, la question des listes non satisfaites hante toujours la maison Cous. Les autres listes de l’année académique 2014-2015 à compter de la liste 17, se font toujours désirer. Emmanuel Assimanda, président de la Fédération Nationale des Étudiants du Bénin (Fneb) réagit : « bien que le gros lot des listes ai été vidé,le cas des étudiants de la liste 17 demeure un problèmesérieux à résoudre ». Et pour l’appuyer, Nicolas Zinsou, président de L’Uneb renchérie : « le fait que toutes les listes n’ont pas été satisfaites » fait qu’il « reste beaucoup de chose à parfaire » et montre que « sur tous les points, il n’y a pas satisfaction ». Hormis le cas des allocations, l’ouverture des résidences est un autre problème qui dégrade et réduit considérablement l’effet de l’effort que fournit la directrice du Cous. Abiochi Théodore, étudiant à la Faculté des Sciences économiques et de Gestions (Faseg) condamne que « sans les cabines, les étudiants sont toujours dans l’insatisfaction », car continue-t-il, « il faut être sous un toit avant de se restaurer et prendre le bus ». Et les responsables étudiants confirment : « il est vrai que les démarches pour l’obtention des résidences universitaires ont vite été enclenchées par le Cous, mais toujours est-il que jusqu’à maintenant, les cabines n’ont pas encore été attribuées », Emmanuel Assimanda. Les raisons de ce retard restent encore à être élucidées. Aux dernières nouvelles, le Cous/AC a sorti la liste des étudiants retenus pour occuper les cabines. L’érection d’un château d’eau pour les résidences et … plus que nécessaire S’il y a un problème auquel les étudiants sont le plus confrontés dans les résidences universitaires, c’est celui de la coupure d’eau.

Abonné au château d’eau du rectorat, l’alimentation en eau des résidences universitaires subit de nombreuses coupures, et ce, durant plusieurs jours. Ceci constitue ainsi un handicap de taille pour les étudiants résidents. Le président de la Fneb explique : « le manque de château d’eau fait souffrir énormément les étudiants. Lorsque le rectorat refuse de mettre à disposition l’eau aux résidents, cela cause assez de soucis aux étudiants. Les toilettes puent, etc. ». Par ailleurs, les fontaines disponibles n’assurant pas un accès à une eau de qualité aux étudiants, l’urgence de la mise à disposition d’un château d’eau s’avère donc indispensable. Dans la même optique, la réfection des lampadaires solaires défectueux, normalement installés pour éclairer les abords des résidences, s’avère aussi indispensable. Des propositions pour plus d’efficacité D’une personne à l’autre, les propositions vont dans le bon sens. Chez le personnel du Cous, les invites vont surtout dans le sens de l’écoute du personnel. Par ailleurs, chez les étudiants, c’est des appels au payement du reste des allocations, l’ouverture des résidences et l’allègement des lignes pour le transport qui sont lancés. Les responsables étudiants, eux, invitent au renforcement de la collaboration entre organisation estudiantine et Cous. Tout ceci, pour le bien des étudiants.

Le Héraut
Le Héraut
Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *