plateforme d'orientation, ISFE Laura vicuna, université privée, Le Héraut , Bénin
ENTRETIEN AVEC SŒUR SILVIA MELANDRI, DIRECTRICE DE L’INSTITUT SUPERIEUR DE FORMATION DES EDUCATEURS SPECIALISES ‘’LAURA VICUNA ‘’(ISFES-LV) : « Notre vision est celle d’une société inclusive où il n’y a pas de personnes marginalisées ; et nous croyons que seulement les jeunes peuvent être les vrais acteurs de cette transformation»
17 septembre 2017
Logo video leader
VIDÉO LEADER ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU BÉNIN :  « La majorité des étudiants en communications ne maitrise pas l’audiovisuel et ceux-là peuvent venir se faire former à Vidéo leader » dixit Didier TOULASSI
17 septembre 2017

PROFESSEUR ALPHONSE DA-SILVA, DIRECTEUR DE L’OFFICE DU BACCALAUREAT A PROPOS DE L’ORIENTATION : « Pour choisir, il faut d’abord faire le diagnostic de ses compétences et ces capacités en fonction des exigences intellectuelles, matérielles et financières »  

DOB

Directeur de l'Office du Bac

 Comment opter pour un choix judicieux  de filière porteuse après avoir obtenu son Bac ? Afin d’essayer de répondre à cette interrogation,  votre journal est allé rencontrer le professeur Alphonse da-Silva, Directeur de l’office du Baccalauréat. Il fait ici, la lumière sur les critères sur lesquels le nouveau bachelier doit se baser pour choisir sa filière de formation.

 Monsieur le Directeur, après obtention du Bac, quelle doit être la priorité pour les nouveaux bacheliers ?

Avant tout propos, je voudrais d’abord féliciter toute l’équipe du journal LE HERAUT pour l’effort remarquable  qui se fait à chaque passage de témoin de promotion en promotion et de génération en génération. Chaque année, vous faites un peu plus pour maintenir le flambeau de la presse universitaire, pépinière de la presse nationale. L’initiative plateforme d’orientation prévue pour le 18 septembre 2017 est un projet novateur et très bénéfique pour les nouveaux bacheliers pour la simple raison que la plateforme est une tribune des jeunes pour les jeunes. Elle permettra de découvrir la vie universitaire dans toutes ces facettes. La vie universitaire est différente de la vie scolaire. Donc elle nécessite une certaine préparation. Les nouveaux bacheliers ont tout intérêt à tirer leçon de l’expérience de leurs aînés pour ne pas tomber dans le guet-apens de l’ignorance souvent fatale aux apprenants à l’Université. Pour en revenir à la question, la priorité pour les nouveaux bacheliers devrait être la recherche de l’information sur la filière de leurs choix. Cette filière est enseignée dans une unité pédagogique qu’il faut découvrir. L’école ou la faculté qui abrite cette unité pédagogique est située dans une région du pays. Il ne faut pas attendre le démarrage des cours pour chercher à s’installer. La rentrée se prépare par chaque acteur dont l’étudiant surtout. Le tout ne suffit pas de mettre la pression aux parents pour prendre l’argent des fournitures et autres frais de scolarité. L’entrée à l’université a des exigences administratives auxquelles il faut se soumettre. Il est utile que le bachelier anticipe sur ces formalités. En somme, il faut s’informer sur la vie à l’Université, connaitre l’administration, découvrir les structures estudiantines  pour ne pas naviguer à vue ou en eaux troubles.

Quels sont les critères à considérer par les nouveaux bacheliers ou étudiants qui optent pour  un cursus académique afin de réussir ?

En  prélude à l’examen du baccalauréat session unique de juin 2017, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Mme Marie-Odile ATTANASSA a organisé une campagne nationale d’orientation pour le choix des filières à l’Université au profit des candidats. Autrement, les nouveaux bacheliers ont déjà anticipé en choisissant leur filière sous réserve de leur admission. La répétition est pédagogique. Pour mieux choisir sa filière, il faut tenir compte de deux choses : ces capacités intellectuelles intrinsèques c’est-à-dire les matières dans lesquelles on travaille le mieux et les moyens dont-on dispose. Pour cerner les offres de formation disponibles dans les Universités nationales du Bénin, le processus de sélection etc  aller sur le moteur de recherche google et taper play-stor. A partir de vos smartphones android, vous pouvez télécharger en moins d’une minute ‘’Le guide d’orientation des nouveaux bacheliers’’ juste en tapant dans play stor.

En tant que pivot du passage des collégiens à l’Université, que fait la DOB pour permettre aux nouveaux bacheliers de faire un choix consciencieux de filière.

L’Office du Baccalauréat a été associé à la campagne d’orientation des futurs bacheliers. Ce qui nous a permis de mettre à la disposition de tous les candidats officiels les plaquettes et d’indiquer aux apprenants comment télécharger le guide d’orientation sur internet. Sous la supervision de notre Ministre de tutelle Mme Marie-Odile ATTANASSA, nous avons, en collaboration avec la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et les Rectorats de nos Universités, formé les chefs d’établissement des collèges publics comme privés. Ceci pour leur permettre de mieux orienter  leurs candidats. Nous avons aussi multiplié des émissions grand public pour informer les bacheliers. Les réseaux sociaux sont mis à contribution.

Qu’est-ce qui, selon vous, justifie le taux de chômage croissant au Bénin ?

Le taux de chômage croissant est lié à plusieurs causes. Dans le cadre de l’orientation des bacheliers, il me semble plus pertinent de parler d’accès à l’emploi. Car, le chômage est à mon avis l’arrêt volontaire ou forcé du travail. Notre cible ici ne travaille pas encore. Elle se prépare plutôt à acquérir  de nouvelles connaissances pour accéder à l’emploi. Dans le cas échéant,  nous allons nous intéresser au volet compétence. A diplôme égal, la compétence faut la différence. La concurrence gouverne la vie en communauté. L’Etat organise les concours pour sélectionner les meilleurs. Les privés organisent les interviews pour trier le bon grain de l’ivraie. Pour accéder à l’emploi, il faut être parmi les meilleurs. Le diplôme n’est pas une garantie de l’emploi. Il permet d’y accéder. Le meilleur emploi dans le monde moderne, c’est l’auto-entreprenariat. N’attendez pas la fin des études avant de penser à l’entreprenariat. Qui va loin ménage sa monture dit l’adage. Il faut commencer dès maintenant à réfléchir à votre entreprise. Cela ne vous empêche pas, plus tard, de réussir à un concours. D’ailleurs le premier du Bénin au Bac 2017 a eu une très bonne moyenne à l’épreuve de la musique.

Au regard du taux de chômage assez élevé du pays, ne pensez-vous pas qu’il faut revoir le système éducatif et orienter peut-être les apprenants  à la recherche technique ?

 Nous sommes d’accord qu’il s’agit de préparer les bacheliers à se faire former pour obtenir un emploi ou créer leur propre entreprise. S’il est vrai que l’adéquation entre la formation et le besoin du marché de l’emploi pose problème, il n’en demeure pas moins vrai que le nombre d’entreprises est limité au Bénin. Le gouvernement a conscience de ce problème. Il propose des solutions pour inverser la tendance. Les réformes en cours dans les trois ordres de l’enseignement visent à former plus de diplômés en  métiers. La nouvelle architecture de l’éducation nationale prévoit que les élèves en fin de formation de base avec ou sans Bepc soient orientés vers les dispositifs de formations professionnelles. Aussi, le gouvernement intègre dans les curricula d’enseignement des sorties de découverte et d’incitation aux métiers aux profit des apprenants de classes de 5è, 4è et 3è dans les centres de formation professionnelle et d’apprentissage, les lycées techniques et les industries. Le gouvernement, faut-il le rappeler, a élaboré une carte universitaire. Le président de la République a fait de la recherche et de l’innovation une priorité. Ainsi, le conseil des Ministres du mercredi 21 juin 2017 a autorisé le Ministre  Marie-Odile ATTANASSA à créer la Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir (CIIS). Voilà quelques-unes des orientations du Gouvernement. Il revient aux apprenants de prendre une part importante. Vous avez entendu certainement parler des coopératives scolaires et universitaires. Le gouvernement s’est inspiré de ces expériences pour lancer les réformes. En attendant, j’encourage les nouveaux bacheliers à s’inscrire dans les institutions spécialisées des organisations estudiantines. Le Héraut, la Radio Univers etc.  pour éclore leur talent. En notre temps, nous avons créé l’orchestre de l’UAC les casseurs en 1977. J’étais guitariste et vocaliste dans le groupe. Cela ne nous a pas empêché d’être laborieux et studieux. C’est une saine distraction qui peut devenir une carrière professionnelle.

Quel message avez-vous à passer au peuple béninois, en l’occurrence aux nouveaux bacheliers pour la nouvelle rentrée ?

Je voudrais dire à mes chers bacheliers qu’il n’y a pas de citadelle imprenable à l’Université. Pour réussir ses études supérieures, il faut de l’assiduité aux cours, de la détermination et l’envie. La curiosité nourrit l’esprit de la recherche. La recherche vous conduit dans l’univers des savants. Il n’y a pas de diplôme ni d’âge pour faire des grandes inventions, accomplir les brillantes innovations. N’allez pas à l’université pour sortir uniquement avec les diplômes. Il faut inventer, innover et entreprendre.  Ce sont là vos défis. Vous avez à les accomplir avec succès ou à les trahir. Je préfère m’adresser aux étudiants. Les voix plus autorisées s’adresseront à tous les acteurs de l’école béninoise. Mais d’abord pour faire son choix à l’université, il faut d’abord faire le diagnostic de ses compétences et ces capacités en fonction des exigences intellectuelles, matérielles et financières de l’offre de formation. Confert ‘’guide d’orientation du nouveau bachelier’’ téléchargeable gratuitement en ligne.

 

Interview réalisée par : Hortensia BEHANZIN et Evodie YAÏ (Stag)

Transcription : Hermine LOUMEDJINON

Le Héraut
Le Héraut
Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *