Le 18 décembre prochain, l’Université d’Abomey-Calavi aura un nouveau Recteur. Dans un climat où les donnes qui régissent lesdites élections ont été modifiées, certains n’ont perdu aucune seconde pour dévoiler leur ambition même si d’autres quoiqu’annoncés et ambitieux, hésitent encore à s’afficher officiellement.

Bienvenu dans le couloir de la course au rectorat de l’Uac où le combat s’annonce âpre.

L’ère Sinsin n’a pas encore définitivement signé sa fin et les soupirants à son fauteuil sont à la cuisine de la succession. Tractation sur tractation, les uns et les autres recrutent leurs alliés et étoffent leur liste afin d’accroitre leurs chances de gagner. Contrairement à la fin du mandat de Awanou, les appétits sont devenus plus voraces pour le fauteuil de ‘’Recteur’’.

Cette bataille à l’allure où vont les choses, sera sans doute l’une des plus féroces de l’ère de la démocratie à l’Uac. Dans les couloirs du rectorat,  le dauphin ‘’légitime’’, le professeur Maxime da-Cruz, titulaire de linguistique au département des sciences du langage et de la communication de la Fllac, deux fois vice-recteur (Sinsin 1 et Sinsin 2), qui s’est vu échoir ces 6 dernières années les affaires académiques et  la recherche scientifiques à l’Uac, ne se laissera sans doute pas ravir la vedette par des outsiders.

L’actuellement doyen de la faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines (Fllac) et deux fois, doyen de l’ex FLASH, titulaire lui aussi de linguistique, Flavien Gbéto, Directeur du laboratoire des langues, s’aligne lui aussi avec la liste ‘’Gbéto o, gbèto-wè’’. Deux fois doyen de l’ancienne faculté des sciences humaines et sociales (Flash), il estime lui aussi détenir des arguments à faire valoir. Il s’est d’ailleurs déjà lancé dans la danse en dévoilant son équipe par affiche sur le campus.

Comme pour confirmer qu’il n’y a jamais deux sans trois, le professeur Norbert Hounkonou, Président de la Chaire nationale des sciences physiques et mathématiques du Bénin, enseignant à la Fast, Ex Vice-recteur chargé des affaires académiques sous le recteur Awanou, entend bien signer lui aussi son retour aux affaires.

Du côté de la Faculté des sciences de la santé, Delphin Mèhinto, compte gravir les marches en passant du   décanat au rectorat. Ce n’est plus qu’un secret de polichinelle maintenant car, il n’y a plus d’espace à l’université d’Abomey-Calavi qui n’est reçu l’affiche du disciple d’Hippocrate et sa suite. Il entend mettre le cap sur l’excellence avec une liste acronymique MYBA entendez Mèhinto Delphin pour le M, Youssoua Issako pour le Y, Babatoundé Sévérin pour le B et Ahanhanzo Corneille pour le A respectivement au poste de recteur, premier, deuxième et troisième vice-recteur, d’où l’acronyme ‘’MYBA’’ suivie de EXCELLENCE d’où la dénomination MYBA- EXCELLENCE donnée à sa liste.

Qui de Gbéto, Hounkonou, Mèhinto et de da-Cruz décrochera la clé de l’Uac ?

La communauté universitaire en décidera les tous prochains jours. Pour l’heure, les ambitions de Maxime da-Cruz sont toujours dans les coulisses quoique les campagnes ont été officiellement  lancées depuis le 09 Octobre à 00H sans compter l’activisme d’un groupe qui depuis une dizaine de jours ont collé partout des affiches annonçant l’arrivé prochain d’un « nouveau vrai leader » ou « nouveau vrai recteur », des conduites qui disent long sur le tapage électoral auquel la communauté universitaire se prépare à assister. C’est clair qu’à l’Uac, les décomptes ont bien commencé.

Les dés sont bien jetés pour le bon déroulement du bras de fer électoral dans un tournant où de nouveaux textes viennent redéfinir la configuration de l’équipe rectorale.

De nouvelles dispositions électorales

Pour la succession du professeur Brice Sinsin, les dispositions électorales ont subi de profondes modifications, un peu comme la fin du règne de son prédécesseur, le professeur Norbert Cossi Awanou. La commission électorale installée le 6 octobre 2017, à deux mois de la fin du mandat de Brice Sinsin à l’Uac, devra se conformer aux dispositions du nouvel arrêté du 15 septembre 2017, portant composition et fonctionnement des commissions de supervision des quatrièmes élections des recteurs et des vice-recteurs de l’Uac et de l’Université de Parakou.

A la lecture de cet arrêté, n°341/MESRS/DC/SGM/DGES/CT-AAPDS/SA/044SGG17, deux modifications majeures retiennent l’attention. La première modification, le nombre de Vice-recteur passe de 2 à 3, et ils occuperont les fonctions de chargé des affaires académiques, de la recherche scientifique et de la coopération universitaire. C’est d’ailleurs l’article 2 de cet arrêté pris par la ministre qui le précise. L’équipe rectorale des prochaines années monte du coup à 4 membres élus, suivis de deux agents nommés pour mieux penser l’université.

La seconde modification est relative au mode de scrutin. Désormais, « les élections se font au scrutin de liste à deux tours » (Article 13 de l’arrêté). La communauté universitaire pourra donc en deux échéances décider de qui conduira les destinées de l’Uac dès décembre prochain. Aussi, le verrou posé aux vice-recteurs ayant déjà appartenu à deux mandatures successives a été sauté, car au regard des anciennes dispositions, ceux-ci n’auraient pas été autorisés à se représenter pour le titre de Recteur. Ce qui permet d’ailleurs à Maxime da-Cruz de s’aligner lui aussi pour ce combat.

Les jeux donc sont ouverts pour tous. Candidats, à vos marques, prêt partez !

Oslo Chester WANOU