BALLON D’OR 2018 : Luka Modrič pour mettre fin au règne du duo Ronaldo-Messi ?
3 novembre 2018
SUSPENSION DE L’ELECTION DES RECTEURS ET ASSIMILES DANS LES UNIVERSITÉS PUBLIQUES DU BÉNIN : Come-back à craindre ou réforme de rigueur ?
7 novembre 2018

Enseignement supérieur au bénin : L’Aube d’une nouvelle ère

Après 2 ans et demi de gestion, la ministre de l’Enseignement supérieur semble avoir retrouvé son chemin. Si la plupart des actions entreprises dans le secteur souffraient d’une mal compréhension criarde, faute de communication, la prise de récentes décisions, sous couvert du Conseil National de l’Éducation, commence à rassurer. Et même si l’assentiment de la couche la plus sensible, celle estudiantine, reste cher à négocier, les uns et les autres sont au moins d’avis que des efforts sont faits et commencent à porter leur fruit.

Par le détour d’une conférence de presse le dimanche 7 Octobre dernier, la responsable en charge du secteur de l’enseignement supérieur, Marie Odile Attanasso, a fait le point des innovations pour l’année académique qui démarre. Au nombre de celles-ci, le maintien de la gratuité des inscriptions, l’augmentation du nombre de boursiers et secourus, le recrutement d’enseignants pour palier au déficit criard d’encadreur dans les universités nationales du Bénin, l’augmentation des subventions aux universités, la création d’autres offres de formation, etc.

Dans la foulée, juste quelques jours après, le dossier des universités privées capable de dispenser des enseignements de qualités aux apprenants a été traité. Ainsi, sur une cinquantaine d’établissements postulants, 19 ont pu décrocher le droit d’avoir un agrément et 22 ont pu avoir l’autorisation de continuer leur activité. Non seulement ça, la situation des étudiants en odontostomatologie de la faculté des sciences de la santé a enfin été décantée. Après la prise en main du dossier par le gouvernement, démarche sur démarche, la poursuite et la mise à niveau de la formation dans une autre université est une réalité. Ceux-ci peuvent ainsi, et sans débourser le moindre sous, continuer leur formation à l’université Cheick Anta Diop au Sénégal.

Par ce geste, l’autorité semble avoir enfin à cœur la prise de décisions entrant en l’avantage des étudiants. L’accès à la formation aura été peut être un droit jamais aliéné, l’application du concept et la bonne foi dans l’établissement de condition pour faire bénéficier tous n’a jamais, depuis longtemps, cessé de varier. Ceci, selon chaque régime.

Face à cela, jeunes et virulents, les étudiants n’ont, eux aussi jamais cessé d’opposer leur mécontentement. Et si ceux-ci ont longtemps chanté une chanson, c’est celle de la prise en compte de leur intérêt, la considération de leur avis pour la prise de toute décision. C’est désormais chose faite. Ainsi, si Alimi Gounou, et Rodolpho Dah kindji ont toujours réclamé collaboration et oreille attentive, par le tournant des choses, chacun peut se dire satisfait.

Même si la Fneb de l’un, et l’Unseb de l’autre par voie de presse, ont réclamé mieux que le pas qui est fait, l’un et l’autre peuvent déjà se contenter de l’effort de l’autorité.

Luc Antoine AMEGNISSE

Le Héraut
Le Héraut
Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *