Législatives d’avril 2019 : Des 4 blocs alliés à sa cause, lequel fait chanter le cœur de Patrice Talon ?
15 janvier 2019
TRACTATION POUR LES LÉGISLATIVES DE 2019 : Et si la raclée de Candide était en réalité destinée à l’opposition (Azannaï ne finira-t-il pas par trahir Yayi et cie ?)
15 janvier 2019

Arrêté en Espagne suite au mandat d’arrêt international lance contre sa personne : Komi Koutché refuse de se faire avaler d’un coup

Arrêté le vendredi 14 décembre 2018 à Madrid en Espagne,  Komi Koutché est poursuivi pour sa gestion à la tête du Fonds National de Microfinance. Pour l’instant, il a réussi à plomber l’entreprise du gouvernement qui n’émet autre vœu que celui de l’extrader et lui faire répondre de ses actes. L’État béninois va-t-il faire appel ? Qu’en sera-t-il de la suite ? Véritable rapport de force entre ‘’le soleil levant’’ et ‘’le soleil couchant’’.

KK vient de remporter un premier round dans la bataille judiciaire qui l’oppose à l’État béninois. Après moult démarches, il vient d’obtenir une liberté conditionnelle. En effet, il était attendu pour un meeting de l’opposition à Paris le 15 décembre 2018, quand il a été interpellé par la police espagnole dans le cadre d’une affaire de mauvaise gestion à la tête du Fonds National pour la microfinance au titre des exercices 2013 à 2016, une gestion qui aurait coûté plus de 80 milliards de déficits à l’État. Donc, l’ex-argentier du Bénin sous le régime Yayi, et aujourd’hui grande figure de l’opposition béninoise, n’aura suivi l’évènement que de loin. En sa séance hebdomadaire du 02 août 2017, le gouvernement béninois a ordonné d’entreprendre des poursuites judiciaires contre lui. Pour sa défense, il s’est adressé à la Cour constitutionnelle pour dénoncer une violation de son droit à la défense et la violation de la constitution pour n’avoir pas été écouté. Mais la Cour des 7 sages l’a débouté. Et comme on pouvait s’y attendre, KK, arrêter le vendredi 14 décembre 2018 à Madrid en Espagne refuse de se faire avaler une seule fois comme une boule de pâte. Alors que l’État prend toutes les dispositions pour l’extrader au Bénin, ses avocats ont déposé depuis le mardi 8 janvier une demande de mise en liberté provisoire. Une demande qui a reçu l’accord des juges espagnols qui ont décidé de mettre fin à sa détention. Une victoire à savourer. Mais ce n’est que la bataille, la guerre reste à venir. Puisque faut-il le noter, sa liberté reste encore provisoire et il est tenu de rester en Espagne jusqu’à l’achèvement des 40 jours prévus par la loi espagnole en matière d’extradition. Et pendant ce temps, l’État béninois peut faire appel de la décision de mise en liberté provisoire. Va-t-il relever appel ? Le temps le dira. Quels impacts sur le clan politique de KK ?

Tout semble aller

Cette nouvelle ne peut que ravir le clan politique de KK, les Forces Cauris pour un Bénin Émergent. Ce parti qui, semble-t-il, n’a pas trop souffert de sa détention. En témoigne, le show médiatique du leader des FCBE, l’ex-président de la République depuis un certain temps. Alors que la course pour les législatives d’avril 2019 devient effrénée, Yayi Boni  a retrouvé son hyper activisme. Et ne cesse de trouver des prétextes (échanges de vœux de nouvel an, présentation de condoléances…)  pour drainer de foules, causant ainsi de l’insomnie à la mouvance présidentielle. Tout de même, la situation obligerait le leader des FCBE à redistribuer les cartes au sein du parti. Surtout que certains poids lourds du parti, à l’instar de son secrétaire général Valentin Djènontin, n’ont pas fini avec les ennuis judiciaires. La mouvance a beau rire, car sait que Komi Koutché est l’un de ces hommes politiques à avoir bonne presse sur toute l’étendue du territoire national, voire même au-delà, et à disposer des fiefs qui lui demeurent fidèles, les FCBE rient les dernières.

Taïwo Ayola ONIONKITON

Le Héraut
Le Héraut
Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *