BUE INE / UAC :  Gildas Richard Padonou installé dans ses fonctions
22 mars 2019
Pascal Lahami à propos de la situation électorale au Bénin : « Il n’y a pas feu, … il n’y a que des difficultés auxquelles il faut trouver des solutions »
30 mars 2019

Qualification des Ecureuils pour la CAN 2019 : Retour sur le parcours d’une sélection

En route pour l'Egypte

Après leur dernière participation qui remonte à l’an 2010 en Angola, il aura fallu un novennat pour que les écureuils du Bénin retrouvent le chemin de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Un quitus qu’ils ont obtenu au soir de la sixième et dernière journée des éliminatoires qui les a opposées à leurs voisins, les éperviers du Togo. La sélection béninoise s’en sort alors avec dix points (10pts) derrière l’Algérie onze points (11pts), venue en tête d’une poule qu’ils partagent avec le Togo et la Gambie.

2004 ; 2008 et 2010 ; voilà les trois participations du Bénin à la Coupe d’Afrique des Nations initiée le 08 février 1957 et organisée chaque deux ans par la Confédération Africaine de Football. Elle regroupe cette année vingt-quatre pays participants.  Tenue pour la première fois à Khartoum au Soudan (1957), le Bénin n’intégrera la danse qu’en 2004 suite à une qualification acquise au soir du 06 juillet 2003 face aux Chipolopolo de la Zambie, avec le dynamisme du Ghanéen Cécil Jones Attuquayefio, alors, entraineurs des écureuils. Sorti de cette CAN par la sélection marocaine avant même son dernier match face au Nigéria, le Bénin reviendra en 2008 sous le leadership de l’allemand Reinhard Fabisch après avoir éliminé la Sierra Léone (2-0) lors des phases éliminatoires.

Encore une fois les écureuils ne feront pas long feu. Tenu en échec par la Côte d’Ivoire (4-1), le Bénin sort de cette CAN mais revient pour l’édition suivante en Angola (2010), cette fois-ci sous l’accompagnement technique du français Michel Dussuyer.  Le Bénin aura fait preuve de grandes performances sans pourtant aller loin. Classé dans le groupe C, avec l’Égypte (tenant du titre), le Nigéria et le Mozambique, il voit toutes ces tentatives vaines avec le cuisant échec (2-0), consommé face aux pharaons d’Égypte lors de la troisième journée des rencontres de poule. Le Bénin se libère de M. Dussuyer au lendemain de cette compétition internationale et va se louer les services d’autres techniciens du cuir rond.

De Jean Marc Nobilo, passant par Fortuné Glèlè, Dénis Govec, Edmé Codjo, Manuel Amoros, Didier Ollé-Nicolle jusqu’à Oumar Tchomogo (ancien pensionnaire de la sélection), le Bénin n’a plus connu de compétition internationale depuis 2010. Et comme le messie, le fabuleux Dussuyer qui a eu l’occasion de faire ses preuves en Guinée revient faire qualifier à nouveau cette sélection neuf ans après.

Le Bénin en Égypte

Avec la détermination qu’affiche cette sélection depuis les derniers jours du sélectionneur Oumar, et l’arrivée de l’ancien gardien de but, l’international français M. Dussuyer  (actuel entraîneur), il y a de fortes chances que le Bénin arrive à se tirer au moins des phases de poule. Même si parvenir à sortir sa tête d’un groupe n’est pas aisé, il est quand même à prendre en compte la forme et les conditions physiques qu’exposent ces écureuils depuis peu.

Il peut paraître cependant évident et nécessaire de prendre un peu de recul quant à l’avancée de la sélection vers les phases finales de la CAN, considérant les autres nations favorites présentes sans compter le pays organisateur, l’Égypte, sept fois champion, ainsi que le Cameroun, tenant du titre. Les regards sont pour le moment tournés vers Caire où se fera en avril 2019 le tirage au sort des équipes qualifiées.

 

 

Sènou Carlos WANOU

Le Héraut
Le Héraut
Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *