20e SESSION RÉGIONALE DE FORMATION : Les travaux officiellement lancés

136
La chaire UNESCO des droits de la personne et de la démocratie avec l’appui de la fondation Konrad Adenauer Stiftung (FKA) et l’institut danois des droits de l’homme ont lancé la session régionale de formation le lundi 23 septembre 2019. La cérémonie d’ouverture de ladite session s’est tenue dans la salle polyvalente de la chaire UNESCO à l’université d’Abomey Calavi.

« Les mécanismes de promotion et de protection de la charte africaine des droits et des peuples. » C’est le thème autour duquel s’est déroulée la 20e session régionale de formation. À l’entame de cette séance, Igor Guèdègbé, titulaire de la chaire UNESCO, met l’accent sur les 20 ans d’accompagnement de la chaire UNESCO dans la formation des femmes et hommes engagés pour la promotion et la protection des droits de l’homme sur notre continent. Il n’a pas manqué de remercier l’autorité rectorale pour son indéfectible accompagnement dont bénéficie la chaire depuis ce moment.

À en croire les propos du représentant de l’institut danois des droits de l’homme, Boura Yaka s’est réjoui d’emblée de la tenue de la rencontre. Et contrairement aux autres, le représentant de la fondation Konrad Adenauer (FKA), Mounirou Tchapoundo, a mis l’accent sur le programme du dialogue politique qui concentre ses activités sur le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Togo. Pour lui, « ce programme vise la promotion et la consolidation de la démocratie et de l’éveil de la conscience citoyenne ».

À entendre Marcel Zannou, représentant du recteur de l’Université d’Abomey Calavi, la pertinence de cette activité n’est plus à démontrer, puisqu’elle, s’est-il justifié, répond à un besoin de formation pratique des acteurs de la société civile en Afrique ; celui de mieux connaître les droits humains en général pour mieux défendre et faire protéger la personne humaine en situations vulnérables.

Plus loin, il déclare que « le choix de cette thématique pour cette session régionale vise à familiariser les participants avec les mécanismes de la charte ». Cette formation, poursuit-il, permettra d’une part d’éclairer les participants sur les défis actuels de la charte africaine et ses incohérences et d’autre part, d’explorer les pistes de solutions à propylène éventuellement à nos gouvernants respectifs ». À son tour, il a aussi, pour finir, remercié les divers partenaires qui soutiennent la charte UNESCO dans cette initiative. Dans son allocution, il a demandé le soutien de tous les acteurs pour cette initiative, car, dit-il, « c’est le seul du genre dans l’espace africain francophone. »

Chammeline DJELLE et Oyéyèmi AGANI (Stags)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *