2ème édition des JNB : 51 recommandations retenues pour décourager les détourneurs de deniers publics

100

Les journées nationales de gouvernance édition 2018 a connu son épilogue à l’Hôtel Azalai de la plage de Cotonou.  A l’issu des travaux, plusieurs recommandations ont été énumérées. C’était  le vendredi 22 juin 2018 en présence des autorités politico-administratives.

Les rideaux sont tombés sur les journées nationales de la gouvernance édition 2018. Au terme des travaux, 51 recommandations sorties des différents travaux pour combattre ; poursuivre et décourager  les détourneurs de derniers publics. C’est ce qui ressort des  deux jours de réflexion sur les trois panels qui ont meublé les travaux de la deuxième édition des Journées nationales de la Gouvernance (JNG). Le premier a porté sur la lutte contre l’impunité et la corruption : application effective et rigoureuse des sanctions administratives et moyens pour y parvenir, ensuite la lutte contre la corruption et l’impunité : la problématique du recouvrement des avoirs au Bénin et enfin la lutte contre l’impunité et la corruption : application effective et rigoureuse des sanctions civiles et pénales et moyens pour y parvenir.

Dans sa prise de parole pour clore la cérémonie, le président de l’Anlc, Jean-Baptiste Elias, a précisé que la particularité de l’édition 2018 est le recouvrement des avoirs, car, explique-t-il, depuis longtemps la lutte contre la contre et l’impunité donnait seulement la sanction administrative et pénale où les détourneurs des deniers publics quelques mois après la prison se servent de ce qu’ils ont volé pour vivre et narguer tout le monde. Après les causeries débats qui ont abouti à l’état des lieux des guides et des manuels de procédure et  dégager l’état de la lutte contre la corruption dans les administrations centrales, déconcentrées et décentralisées ; à l’identifiant et caractérisant  les maux et les actes de corruption qui gangrènent les  administrations.

Selon Jean-Baptiste Elias, au terme des travaux, des dispositions ont été prises avec des recommandations très claires à l’endroit du gouvernement, du parlement, de la cour constitutionnelle, de la cour suprême, de l’autorité de régularisation des marchés publics, de l’ANLC, de la société civile en général et à l’endroit des partenaires techniques et financiers. Pour finir il a précisé que la mise en application des 51 recommandations permettra de mieux gérer  la lutte contre la corruption afin de permettre au Bénin de gagner plus de place lors de prochain classement et transparence internationale. Rendez-vous l’année prochaine pour d’autres démonstrations. Précisons pour finir que les participants venus du Mali, du Togo, du Sénégal,  et bien d’autres ont eu à saluer les mérites du président de l’Anlc.

Hortensia BEHANZIN



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.