4IEME ACTE DE L’EXPOSITION DES ŒUVRES D’ARTS A L’UAC : PAUTIPHAR GANSE EXPRIME LES PHENOMENES DE LA VIE A LA COMMUNAUTE ESTUDIANTINE

111

L’artiste plasticien Pautiphar Gansè a effectué une sortie de présentation de ses œuvres d’arts au monde estudiantin. Objectif,  faire découvrir à la communauté universitaire, le bien-fondé d’une de l’étude scientifique du fâ à la communauté estudiantine. Ladite séance d’exposition a lieu dans les studios de l’Ensemble Artistique et Culturel des Etudiants l’Université d’Abomey-Calavi.

Découvrir la science du Fâ à travers les tableaux pour expliquer les phénomènes de la vie. Tel est le but visé par l’artiste plasticien Pautiphar Gansè en organisant une séance d’exposition de ses œuvres  d’arts à l’endroit des étudiants.

Lors de sa présentation,  Pautiphar Gansè a démontré au public se basant sur ses deux tableaux d’arts, comment le Fâ est une science de divination de la culture africaine. Suivant ses explication, le première œuvre qu’il a nommé ‘’ Djogbé’’ qui signifie la voie ouverte au bonheur ou peut-être celle du malheur.

Selon l’auteur, c’est un  tableau qui met en scène les proverbes, les chants, et les gestes. Ceci pour explique les problèmes et les phénomènes de la vie. L’œuvre invite les hommes à aller à la source de la fondation de l’existence.

Les cauris disposés de part et d’autre représente la grande ouverture, la grande opportunité. Il précise à cet effet « l’œuvre intitulé ‘’DJOGBE’’ nous amène à la découverte de notre identité culturelle ».

Le deuxième tableau quant à lui, titré courage encore appelé ”Aklantchogbe”, relate l’histoire d’un mouton qui a rencontré un lion sur son chemin et qui s’en est sorti grâce à la ruse et au courage. Ainsi, l’œuvre invite à prendre courage, à ne jamais s’avouer vaincu quel que soit la situation.

Sur le tableau il y a répétition des cauris disposés de part et d’autres, les doublures de cauris qui montre les différents aspects de signe au cours de la divination. Aligbonon Ségbèdé, psychologue et coordonnatrice de l’artiste plasticien Pautyfard GANSE n’a pas manqué de faire un lien entre les deux œuvres lors de sa prise de parole.

Mais avant, elle a reconnu les mérites de l’artiste plasticien pour son dynamisme et son savoir-faire. Selon elle, Pautifar s’est inspiré du fâ pour expliquer les phénomènes de la vie.

 Pour elle, les deux tableaux abordent la question de la vie, des comportements humains, de la relation qu’entretiennent les humains avec leurs semblables et avec les autres. Par ailleurs, Pautyfard GANSE a remercié les participants de la séance d’exposition, leurs recommande de partager leurs expériences avec d’autres personnes.

Il a pour finir sensibilisé le public à ne pas  ignorer sa culture au détriment de sa croyance car la culture c’est la nationalité.

Yasmine FOUSSENI

 



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *