SENSIBILISATION SUR LE HARCÈLEMENT SEXUEL A L’UAC: Eléonore Yayi Ladekan œuvre pour l’éradication du fléau

361

Eléonore Yayi Ladekan, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a organisé une séance de sensibilisation sur le harcèlement sexuel en milieu universitaire avec les étudiantes de l’UAC. Ladite séance s’est déroulée dans l’amphithéâtre Idriss Deby itno le mardi 23 mars 2021.   

Le harcèlement demeure de nos jours l’un des maux minant la gente féminine. Dans sa dynamique d’éveiller la conscience des jeunes étudiantes sur le fait, Eléonore Yayi Ladekan, ministre en charge de l’enseignement supérieur a organisé une séance de sensibilisation au profit des étudiantes. L’objectif est de lutter contre les violences faites aux femmes et amener les étudiantes à comprendre leur droit de dénoncer afin d’éliminer le harcèlement sexuel. Cette séance d’échange a eu lieu en présence du recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, professeur Maxime da Cruz, de l’honorable député Sedami Medegan Fagla, et les étudiantes.

Selon la ministre, le harcèlement a des conséquences morales, psychiques et physiques sur les victimes. Elle poursuit en expliquant que « les filles sont protégées par le gouvernement béninois car plusieurs réformes sont mises en place.» S’adressant aux étudiantes, Eléonore Yayi les invitent à grandir sagement et à se battre pour le travail dans les études. De son côté, le recteur de l’UAC, professeur Maxime da Cruz explique que le « harcèlement sexuel est un fléau que vivent les jeunes étudiantes et les femmes dans la société béninoise ».

À cette occasion, une communication animée par le professeur Yvette Doubogan, enseignante chercheure à l’université de Parakou sur le thème, « le harcèlement sexuel dans nos universités ». Pour elle « souvent le harcèlement sexuel commence par le contact entre enseignants et étudiantes et aussi par la gentillesse  des filles ».  A l’en croire, les causes sont énormes mais la loi existe et se met en application à la dernière rigueur. Très satisfaites des échanges, les étudiantes ayant participées  à cette rencontre ont eu, pour leur part à faire des recommandations  à l’endroit des autorités pour le renforcement des moyens de lutte.

Festus DJIGLA & Ignace AIFFAN (stagiaire)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *