À LA DÉCOUVERTE DE CYNTHIA DOSSOU : Une taekwondoïste hors du commun

152
Femme dévouée au sport, Cynthia Dossou est, depuis quelques années, une habituée du podium lors des grandes compétitions de taekwondo au Bénin. Votre journal est allé à la rencontre de cette athlète pleine de promesses.

De teint noir, Ablavi Cynthia Nadège Dossou du haut de ses 1m63 est une taekwondoïste née le 25 août 1992 à Port-Bouët à Abidjan. Bénino-ivoirienne, Cynthia est titulaire d’une licence en psychologie clinique obtenue à l’université d’Abomey-Calavi. Issue d’une famille de pratiquants d’arts martiaux, d’où est née son amour pour cette discipline, Cynthia est mariée et mère de trois enfants.

Son père, maître de Kung fu Wushu, a décidé qu’elle fasse du taekwondo, sport qu’il trouvait moins dangereux pour une fille. La jeune taekwondoïste a alors participé à sa première compétition en 2010. Pour cause de maternité, elle n’a pu participer qu’à huit compétitions et compte au total 5 médailles dont 2 en argent et trois en bronze. Sociétaire du club de taekwondo Benjamin John, Cynthia s’est fixée comme objectif d’être championne dans sa nouvelle catégorie, moins de 54 kg, afin d’être sélectionné en équipe nationale. Comme beaucoup d’autres athlètes béninois, Cynthia a été confrontée à plusieurs difficultés.

« Ma plus grande difficulté a été mon retour sur le tatami quand j’avais abandonné depuis 2013 et mon retour en 2019, je n’ai pas encore retrouvé ma performance d’avant mes grossesses », raconte l’athlète. Les difficultés pour se procurer les équipements et le manque de moyens financiers lors des championnats depuis sa reprise font aussi partie des problèmes auxquels la jeune taekwondoïste est confrontée.

L’athlète

Mais, son parcours n’est pas seulement fait d’embûches car selon elle, son plus beau souvenir est le jour où elle a gagné sa première médaille en 2010 à la coupe du Bénin. Les ambitions de Cynthia ne s’arrêtent pas seulement aux médailles et aux titres. Elle affirme qu’après sa retraite elle envisage de continuer en tant qu’arbitre ou coach de taekwondo. Mère de famille et sportive à la fois, Cynthia trouve qu’il faut beaucoup de courage pour pouvoir gérer les deux en même temps. Elle invite la jeunesse à la persévérance et à la pratique du sport, particulièrement les arts martiaux.

Freud SODO



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *