SOUS-ALIMENTATION DANS LE MONDE : Le Bénin grimpe dans les sondages

114

L’International Food Policy Research Institute (IFPRI) a réalisé l’édition 2016 de son ‘’Global Hunger Index’’ (Indice de la faim dans le monde). Le monde a globalement progressé dans la lutte contre la sous-alimentation par rapport aux années antérieures. Mais ceci n’est pas le cas du Bénin. Celui-ci a plutôt vu le taux de sa population sous-alimentée, grimper de 21,8 à 23,2% entre 2015 et 2016.
Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. C’est le deuxième des 17 objectifs que se sont fixés les pays du monde à travers les Objectifs de Développement Durable (Odd). D’après le Global Hunger Index 2016 de l’International Food Policy Research Institute (Ifpri), l’humanité a fait d’énormes progrès dans le sens de l’atteinte de cet objectif majeur. Mais il reste toute de même un chemin important à parcourir. En 2016, encore 795 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde ; soit un taux de 21,3% de la population mondiale contre 21,7% de sous-alimentés en 2015 sur la planète. En Afrique, la situation est pour le moins, contrastée entre le nord et le sud du continent. Si l’Afrique du nord est parvenue à réduire significativement ce fléau avec seulement 11,7% de sa population souffrant de la sous-alimentation. L’Afrique subsaharienne, pour sa part, a fait des progrès remarquables mais risque toujours de ne pas pouvoir atteindre l’objectif ‘’Zéro faim en 2030’’. Cette partie du continent noir se retrouve de nos jours, avec 30,1% de sous-nourris au sein de sa population contre 32,2% en 2015 et 44,4% en 2000.

Bénin, le recul dans le progrès

Le Bénin, 17ème au plan africain de ce classement (82ème au plan mondial), semble s’être placé en position honorable au niveau de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Uemoa) en montant sur la troisième marche juste derrière le Sénégal et le Togo. Mais cette position ne fait que marquer la reculade qu’a faite le pays au vu de sa 52ème place au plan mondial occupée en 2015 (9ème en Afrique et 1er dans l’espace Uemoa). En nette progression dans la réduction du taux de sa population sous-nourrie depuis les années 90 (46,1% de Béninois étaient sous-nourris en 1990), le Bénin a marqué un recul par rapport à 2015. En effet, le taux de la population béninoise sous-alimentée est passé de 21,8% en 2015 à 23,2% en 2016 ; soit une hausse de 1,4% en une année. L’effet contraire était envisagé mais la réalité est bien toute autre. Plus d’un Béninois sur cinq (1/5ième de Béninois) se nourrissent mal aujourd’hui. Une situation qui serait sans doute, due à l’augmentation de l’indice de pauvreté dans le pays. En effet, le taux de pauvreté au Bénin, a grimpé de 36,2 % en 2011 à 40,1 % en 2015. Quant à la croissance du Pib réel, elle connait une régression depuis 2014 en passant de 6,4% à 5,2% en 2015. Elle a connu un grand ralentissement en passant à 4,0 % en 2016, selon la Banque africaine de développement (Bad). Selon la même institution, cette croissance devrait se retrouver à 5.7 % en 2017. Mais ceci dépendra de l’évolution du contexte politique et social. Sortir le Bénin de la sous-nutrition exige donc une volonté politique et des efforts pour à la fois, accroitre le Pib du pays ainsi que l’accroissement de la productivité. Des solutions locales sont aussi envisageables à travers la mise en place d’unités communautaires de production et le financement des recherches liées à la nutrition et l’alimentation. Le gouvernement béninois est attendu sur ce chantier afin de permettre aux Béninois de mieux se nourrir désormais.

Riwane Waliou HOUNNOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *