Après la mort d’un étudiant suite à une altercation avec les forces de l’ordre au Sénégal : Macky Sall limoge le Recteur et le Directeur des œuvres universitaires

125

Le président Macky Sall a pris, le samedi 19 mai dernier, un décret portant le limogeage du recteur et le directeur du centre des œuvres universitaires de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint Louis dans le nord du Sénégal. Ceci fait suite à la mort d’un étudiant lors des heurts entre forces de l’ordre et étudiants. Un limogeage qui semble entrer dans la droite ligne de la sauvegarde des intérêts de la relève de demain comme une préoccupation majeure.

Baydallaye Kâne, le Recteur et Ibrahima Diao, le Directeur du centre des œuvres, tous deux, de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis ont été remplacés respectivement par Ousmane Thiaré et Papa Ibrahima Faye. C’est l’essentiel du décret présidentiel du samedi dernier. Si Macky Sall s’est dépêché de prendre une telle mesure, l’affrontement entre Gendarmes (appelés par le recteur) et étudiants (qui voulant manifester leur mécontentement pour les allocations non payées ont décidé d’aller manger sans payer au restaurant universitaire) aboutissant à la mort de Mouhamadou Fallou, étudiant en est la raison principale.

Une chose qui a suscité l’inquiétude aussi bien chez le président Macky Sall que dans le rang de la population. Quel sort peut être réservé aux cadres de demain dans l’avenir si les revendications estudiantines doivent se solder par la perte de la vie des étudiants? Puisqu’en 2001 et 2014 les mouvements d’étudiants ont abouti aux pertes en vies humaines à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Limiter promptement les dégâts

Si cette mesure a une raison, elle peut également permettre de limiter les dégâts. Les mouvements étudiants aboutissant à d’importants dégâts matériels se sont étendus dans plusieurs universités du pays. La démission du ministre de l’intérieur Ali Ngouye Ndiaye, et de l’Enseignement supérieur, Marytew Niane est réclamée. Le disparu est un père d’un garçon devenant orphelin et autres. Si ce drame laisse des suites fâcheuses, les mesures doivent inspirer les dirigeants des autres nations d’Afrique.

Il rimerait avec le système démocratique si les autres présidents d’Afrique pourraient aller à l’école de Macky Sall lors de la gestion des mouvements étudiants en vue de préserver les intérêts et l’intégrité des futures cadres bâtisseurs de l’Afrique de demain.

Fidégnon E. HOUEDOHOUN



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *