Après l’évaluation des aspirants au métier d’enseignant du secondaire : voici les impressions de quelques candidats !

344

La phase 2 du test d’aptitude pour la sélection de candidats en vue de la constitution d’une base de données des postulants au métier d’enseignant à la maternelle, au primaire et au secondaire général s’est déroulée ce jour, mercredi 14 août 2019. Votre Journal a recueilli pour vous les impressions de quelques aspirants au métier d’enseignement du secondaire après les compositions.

Narcisse Adia, aspirant au métier d’enseignant d’Histoire Géographie :
Dans l’ensemble, l’évaluation s’est bien déroulée. Les épreuves étaient abordables. Un professeur en situation de classe pourra s’en sortir.”

Emmanuel Affoutou, aspirant au métier d’enseignant d’Histoire Géographie :
L’épreuve de culture générale était vraiment abordable, ainsi que celle de l’histoire géographie. Dans l’ensemble l’évaluation est le bienvenu. Mais nous serons dans l’attente, car c’est la finalité qui compte.”

Dieudonné Kadja, aspirant au métier d’enseignant en Anglais :
J’ai composé en anglais. Dans l’ensemble, les épreuves sont abordables surtout celle d’anglais de même que celle de culture générale. Je trouve que ce test est le bienvenu et est salutaire, car il permettra à l’État de recruter celui qu’il faut à la place qu’il faut.”

Nery Sacley, aspirant au métier d’enseignant en SVT :
Dans l’ensemble, les épreuves étaient abordables et tout s’est bien passé, mais j’ai constaté un petit problème au niveau de l’épreuve de SVT. Les figures données ne sont pas très claires et pour cela nous demandons aux correcteurs d’en tenir compte pendant les corrections.”

Bienvenu Azonhai, aspirant au métier d’enseignant en Allemand :
C’est la première fois que je participe à une telle composition, et je trouve dans l’ensemble que les épreuves étaient à notre portée. Cette évaluation est la bienvenue, car elle permettra d’avoir assez de professeurs compétents.”

 

Propos recueillis par Guy Stéphane Ayegbe & Déo Gratias Séfako Atsui



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *