Les requérants de l’arrondissement de Yokpo commune de Zè sortent massivement dans le cadre du processus d’enrôlement pour la délivrance de souche aux bénéficiaires. C’est le Chef-lieu de la localité qui sert de point d’enregistrement depuis le 2 juillet 2019.

« Mon Arrondissement doit être le premier à la fin du processus d’enrôlement aux opérations de PRAN 2019 dans la commune de Zè  comme ce fut le cas des législatives passées » c’est le vœu du jeune leader progressiste de l’arrondissement de Yokpo Pierre Boutokpo alias Gbokounchan puisque c’est de lui il s’agit. La réussite de l’opération tient à cœur à ce fils de la localité qui met les bouchées doubles afin de mettre fin aux difficultés rencontrées souvent par concitoyens dans le cadre l’établissement de la carte d’identité nationale et le passeport. Les longues files d’attente devant la salle de conférence de l’arrondissement témoignent de l’intérêt des bénéficiaires et les moyens de sensibilisation mis en place par le promoteur du bar restaurant Gbokoutchan de Zè.

Approché après avoir subi les formalités d’enregistrement, un citoyen enrôlé Vincent H dit être en joie pour le PRAN et aussi à l’égard du président actuel, initiateur du projet. Pour d’autres présents dans les rangs, c’est la fin d’un calvaire lié aux tracasseries administratives, voire judiciaires, au souci de souche parfois inexistante, altérée, voire falsifiée. Les habitants des différents villages de l’arrondissement ont compris la pertinence du processus et se font enregistrer dans l’ordre et la discipline sans intervention des forces de sécurité publique.

Il faut signaler qu’un seul  agent enrôleur est jusqu’à maintenant dégagé pour les populations qui ont accru selon les opérations passées de recensement général de la population. Ce qui contraste un peu la foule qui attend jusqu’à des heures dans les rangs. Le coordonnateur de l’union progressiste de l’arrondissement a invité à nouveau les populations à sortir davantage pour se faire enrôler jusqu’au 17 juillet 2019 qui marque la fin de PRAN.

 

 

Maurice Koumassa