Baccalauréat 2016 : Alphonse da Silva fait le point des préparatifs

100
Alphonse da Silva, Directeur de l'Office du Baccalauréat

Alphonse da Silva, Directeur de l’Office du Baccalauréat

Le directeur de l’Office du baccalauréat, Alphonse da Silva a tenu un point de presse, ce jeudi 14 avril 2016 au siège de l’institution. Objectif : présenter aux hommes des médias, le niveau des préparatifs du prochain examen du baccalauréat qui va se tenir dans les tout prochains jours sur toute l’étendue du territoire national.


À deux mois du démarrage de la phase écrite de l’examen du baccalauréat, session de juin 2016, le directeur de l’Office du Bac, Alphonse da Silva, a présenté un bilan à mi-parcours des préparatifs. Selon le professeur da Sylva, tout est fin prêt pour permettre aux candidats de composer dans les meilleures conditions. Pour le compte de cette année, cent quinze mille trois cent vingt-deux (115.322) candidats, dont trente-sept mille neuf cent seize (37 916) filles réparties dans 149 centres de composition contre 147 l’année dernière sur l’ensemble du territoire national iront à l’assaut du précieux diplôme, le baccalauréat. En ce qui concerne les quelques agencements faits par l’Office, trois nouveaux centres de composition ont été créés, à savoir : le collège catholique Sainte Thérèse de l’enfant Jésus dans la commune d’Abomey-Calavi, le CEG2 de Natitingou et la commune de Zakpota qui va connaitre pour la première fois dans l’histoire, la création d’un centre de composition à travers le CEG Zakpota qui accueillera 741 candidats. Cette initiative permettra aux candidats qui parcouraient des dizaines de kilomètres pour composer d’être plus proches de leurs centres respectifs. Concernant l’organisation de l’examen, le directeur de l’Office du Bac a indiqué qu’après traitement des dossiers, dépouillement, collationnement et saisie, plusieurs dossiers ont été rejetés. Et ceci, pour plusieurs raisons : des candidats ajournés, les candidats qui ont demandé et obtenu des attestations de non-inscription au Bénin et qui ont quand même déposé leur dossier de candidature, les fraudeurs pris en flagrant délit de l’édition dernière, les candidats qui se sont inscrits avec des certificats scolaires autres que ceux de leurs établissements d’origine, la formation des candidats dans la série F3 et la filière Eau et Assainissement par des établissements privés qui ne disposent d’aucun matériel de travaux pratiques, l’inscription des candidats par des établissements non autorisés ou non fonctionnels, les effectifs des inscrits pour plusieurs établissements privés qui dépassent de loin les effectifs réels des élèves inscrits. Pour l’heure, quelques travaux sont en cours, comme le scanning des photos sur toutes les fiches permettant l’identification des candidats, la multiplication des sujets, la validation des listes des correcteurs et des surveillants des salles, l’impression et la distribution des convocations pour finir à bon terme le processus des préparatifs. Par ailleurs, le Dob Alphonse da Silva a précisé qu’en dehors des dispositions qui ont été prises les années antérieures pour lutter contre la fraude, d’autres réflexions seront engagées afin d’éviter les sauts de classes anarchiques aux enfants, de relever le niveau des élèves, d’assainir les inscriptions aux examens afin de relever le taux de réussite à l’examen du baccalauréat béninois. Il faut noter que les épreuves écrites de la session normale sont prévues pour se tenir du lundi 20 juin au jeudi 23 juin 2016 pour toutes les séries. Mais dix jours avant, ceux des séries E, F1, F2, F3, F4 et G1 et de la filière Eau et Assainissement du baccalauréat professionnel vont quant à eux plancher dans leurs épreuves pratiques.

 

Moise TCHEGNONSI



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *