Bénin : Les Chefs d’Arrondissement de la commune de Tori-Bossito suspendus de leur fonction

117

L’épée de Damoclès pèse toujours sur les municipalités au Bénin. Après une accalmie précaire, le vent de “destitution” des autorités communales et municipales revient au galop. En effet, 6 Chefs d’Arrondissement de la commune de Tori-Bossito ont été suspendus de leur fonction par l’autorité communale. Motif ? Ils ont gardé par-devers eux des fonds publics, ce qui est constitutif de faute lourde au regard des normes en vigueur au Bénin.

À en croire le quotidien Matin libre de ce mercredi 14 août, “549 mariages ont été célébrés par les intéressés et les frais, à raison de 20 000 FCFA par mariage, n’ont jamais été reversés à la recette perception. Ce qui fait un total de 10 980 000 FCFA indûment empochés par les deux adjoints au maire et les 6 chefs d’arrondissements.

Le CA de Tori-Gare détient le record avec 312 mariages célébrés et non déclarés. Ce qui fait un total de 6 240 000 FCFA qu’il devra verser à la recette perception. Vient ensuite le CA de Tori-Cada qui doit 1 220 000 FCFA, l’équivalent de 61 mariages non déclarés. Le 2e adjoint au maire doit à la recette perception 1 140 000 FCFA, l’équivalent de 57 mariages non déclarés. Quant au CA d’Azohouè-Aliho, il doit 620 000 FCFA, son homologue d’Azohouè-Cada, 580 000 FCFA, 500 000 FCFA pour le CA de Tori-Bossito, le 1er adjoint au maire 460 000 FCFA et 100 000FCFA pour le nouveau CA d’Avamè. Des sommes qui restent impayées jusqu’au 5 juin dernier où le receveur percepteur a adressé au maire un courrier portant remboursement de la somme frauduleusement perçue. Dans ledit courrier, l’agent du trésor informe le maire qu’il serait dans l’obligation de prendre des mesures exceptionnelles, c’est-à-dire procéder à la défalcation sur les primes et indemnités des intéressés jusqu’au recouvrement total des 10 980 000 FCFA”.

Taïwo Onionkiton



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *