Brice Sinsin s’explique face à la presse

115

CRISE A LA FLASH
Brice Sinsin s’explique face à la presse

Brice SINSIN, recteur de l’UAC

Brice SINSIN, recteur de l’UAC

Le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), professeur Brice Augustin Sinsin, a fait un point de presse à propos de la situation qui prévaut à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines (FLASH). C’était le vendredi 5 août 2016 à la salle des actes du rectorat de l’UAC.

Après la suspension de 21 étudiants accusés de boycott des compositions à la Flash, et d’incitation à une atmosphère de troubles ; avec aussi l’invalidation de l’année académique 2015-2016 par les autorités de ladite faculté, la première autorité de l’UAC a donné de la voix pour apporter d’éclaircissement à toutes les interrogations. Rappelant que la crise qui a atteint son summum à la Flash a commencé depuis l’année passée, le professeur Brice Sinsin, recteur de l’UAC a fait savoir qu’il était retenu sous le président Boni Yayi, l’organisation d’une dernière session de rattr fapage au profit des étudiants ; ce qui avait été approuvé par les étudiants et autorités concernés. Alors, revenant en 2016 pour la même revendication qui désormais est considérée comme n’existant plus, et empêchant les compositions, les responsables étudiants entravent l’exécution du calendrier de l’année académique qui devrait prendre fin au plus grand tard en décembre 2016. « C’est alors que les autorités décanales de la Flash se sont réunies en conseil de discipline pour normaliser les choses. D’où la suspension des responsables étudiants. » Affirme le recteur. A ses dires, cette décision est survenue après plusieurs séances de négociations auxquelles les responsables étudiants n’ont pas accordé assez de prix. « Les professeurs dans leur rang étaient prêts à organiser les sessions de rachat ; ce à quoi se sont opposés les responsables étudiants en estimant que la terminologie ne convient pas à ce qui est demandé. » Confie-t-il. Ainsi, d’après les autorités, les dernières décisions ne sont que celles qui pourront permettre la bonne marche des choses ; vu que les tenants du mouvement ne sont pas ouverts aux négociations. L’année académique à la FLASH comme décidée par les autorités réunies en conseil pédagogique est donc invalidée sans autre forme de négociation.
Sylvestre TCHOMAKOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *