Célébration de la 16e édition de Aïzo Wxé : Le Président Thomas Ouinsou et son staff tiennent le pari d’organisation

140
La communauté Aïzo du Bénin et de la diaspora a célébré le jeudi 15 août 2019 à Glo-djigbé, arrondissement d’Abomey-Calavi, la fête identitaire de l’ère culturelle Ayizo.

« Nous voici réunis ce jour, jeudi 15 août 2019, pour répondre à une tradition que nous nous sommes imposée depuis 16 ans, celle de nous retrouver en grande famille pour célébrer l’identité des filles et fils Aïzo », a déclaré le président du comité d’organisation Thomas Ouinsou en ouverture de cette fête. Cette retrouvaille qui visent à réunir toute la communauté partageant une même ère culturelle et géographique a connu la présence des dignes filles et fils de ce peuple.

Vénus très nombreux, la grande messe catholique a été religieusement conduite par le révérend père Éloi Fadonougbo, chancelier à l’archidiocèse de Cotonou, qui, à travers son homélie, a exhorté toute la communauté à la culture de l’amour réciproque, gage de développement. Pour l’honorable Valentin Aditi Houdé, l’idée de toute chose doit venir de quelqu’un. Il a ainsi encouragé le président de l’association Aïzowhendo à persévérer, c’est-à-dire pérenniser ladite fête.

Le chef de l’arrondissement de Zinvié, Christophe Aïssi, a, à sa prise de parole, annoncé que c’est son arrondissement qui abritera la prochaine fête identitaire Aïzo Wxé, avec, dit-il, « de grandes nouveautés ». Le coordonnateur de Toffin Wxé, Julien Ahounou, quant à lui, a rappelé la nécessité de sauvegarder les patrimoines culturels des peuples Aïzo qui, pour lui, constituent leur plus grande richesse. Il a par ailleurs souligné la nécessité de promouvoir la langue Aïzo : « elle mérite mieux, a-t-il souligné.

Signalons, pour finir, que cette célébration a également connu la présence effective de l’honorable Nathanaël Sokpoékpé, accompagné d’une forte délégation. Les artistes comme Agosou Renouveau, Mélodie divine et autres, ont, par leurs mélodieuses voix, faire vibrer toute la communauté Aïzo qui déjà s’impatiente pour l’édition 2020.

Maurice Koumassa



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *