CÉRÉMONIE D’OUVERTURE SOLENNELLE DES NOCES DOR DE L’UAC:
Les universitaires évaluent les performances et les nouveaux défis qui s’imposent à l’institution

204

L’amphithéâtre Idriss Itno Deby de l’Université d’Abomey Calavi a abrité le jeudi 17 décembre 2020 la cérémonie d’ouverture solennelle du cinquantenaire de lUac. Une occasion pour les différents acteurs de la communauté universitaire de faire le bilan des 50 ans dexistence de cette maison des intellos afin de déterminer les nouvelles orientations qui simposent à l’institution.


L’Université d’Abomey Calavi fait son petit chemin. Créée en 1970 sous le nom dUniversité de Dahomey, ce haut lieu du savoir devenu Université Nationale du Bénin en 1975 et puis Université dAbomey-Calavi en 2001 a aujourdhui 50 ans. Pour immortaliser ce demi-siècle de son existence, l’université a organisé une cérémonie non seulement pour une réjouissance, mais aussi pour faire le bilan de ce grand parcours historique et déduire des perspectives. Cet anniversaire a connu la présence effective de plusieurs ministres, des hauts cadres, d’un parterre d’autorités du monde universitaires et politico-administratives béninoises et étrangères ainsi que les étudiants. Pour le Professeur Maxime da-CRUZ, Recteur de lUac, la célébration des 50 ans a permis de faire le point des objectifs qui ont été fixés à l’institution dont il a la charge afin de proposer des pistes pour l’atteinte des objectifs de développement durable(ODD).

Il a dans ces propos exprimé son satisfécit des réalisations faites dont la mise à la disposition des ressources humaines de qualité pour l’administration béninoise et celle de la sous-région , la promotion des différents chercheurs aux grades du CAMES, la mise au point des innovations matérielles et immatérielles pour le développement du Bénin et de lAfrique, l’accompagnement de l’insertion professionnelle à travers le service des volontaires, les partenariats, les bources détudes et bien d’autres actions. Eléonore Yayi Ladékan, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Mesrs), venue lancer les hostilités a salué la mémoire de ceux qui les ont précédé et qui ont marqué l’histoire de cette institution. « Je voudrais donc rappeler que l’Uac a été au cœur de beaucoup d’innovations, d’avancée et en même temps rattrapée par un ensemble de défis que nous partageons » a-t-elle ajouté. Cette université a fait de son mieux pour émerveiller la communauté nationale et internationale. Malgré ces efforts qui ont été fournis par les différentes composantes de ce haut lieu de savoir, des choses restent à parfaire selon les différents participants. Déjà, à en croire Bruno AHOUANGBEGNON, SG/SAATESC-UAC et représentant du personnel administratif, les acteurs de l’Uac doivent insuffler un nouveau dynamisme aux différentes formations et recherches pour le compte des 50 prochaines années afin de mettre l’Uac aux normes des universités qui répondent aux besoins de développement national, sous-régional et international. « Faisant son cheminement vers le cercle des Universités de renom en Afrique et dans le monde, elle doit relever les défis dont entre autres, l’amélioration de l’équité et de la qualité de l’enseignement, la promotion d’une recherche scientifique de qualité et l’innovation technologique au service du développement, le renforcement de la coopération interuniversitaire et institutionnelle au service du développement puis l’amélioration de son pilotage» a-t-il indiqué. A ces défis sajoutent les difficultés confrontées par la communauté universitaire. Arnaud HOUEDJISSIN SG/SNECC-Bénin, représentant des enseignants à sa prise de parole s’est penché sur ces problèmes. Ce dernier déplore la remise en cause de la liberté académique, la limitation du droit de manifestation suivi de mort de manifestant étudiant sur le campus, la suppression des élections des responsables académiques, le nombre restreint d’enseignant recruté. Pour pallier à ces problèmes, il lance un appel vibrant au réveil, au courage et à la persévérance de tous en vue de retourner la situation et rétablir le cours normal du processus de construction d’une institution universitaire crédible et compétitive dans le concert des nations. Par ailleurs, il convient de mentionner que cette célébration a été meublée par l’inauguration officielle du bâtiment du Centre d’Etude et de Recherche sur l’Administration et des Finances puis du film documentaire sur les 50 ans de l’Uac et des prestations artistiques et culturelles.


EMMANUEL AZINHOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *