Chancellerie nationale : Me Marie Elise Gbèdo faite Grand Officier

109

Ce jeudi 17 mai, Me Akuavi Marie Elise Christiana Gbèdo a été  reçu dans le grade de Grand Officier de l’Ordre national du Bénin par La grande chancelière de l’Ordre national du Bénin, Koubourath Osséni. Ceci, en récompense à son service pour la nation et sa dévotion pour les valeurs de la République.

Militante chevronnée des droits des femmes et des enfants, Marie Elise Gbèdo est depuis jeudi passé, grand officier de l’ordre national du Bénin. Nommé par le chef de l’Etat à ce grade par le décret 2017/447 du 31 août 2017, cette distinction lui est accordée pour avoir fait de sa carrière  « une mission essentielle et exigeante ». Par ailleurs, pour avoir aussi manifesté toutes ses qualités et y avoir investi toutes ses compétences, sa puissance de travail, son sens de l’écoute et de l’échange, sa hauteur de vue, ainsi que sa volonté d’aboutir dans la finalisation de toutes les missions où elle s’est engagée.

Pour Koubourath Osséni, la grande chancelière de l’Ordre national du Bénin, assez d’actions font de Marie Elise Gbèdo, digne de la distinction. « C’est une avocate de renom, elle s’est taillé une solide réputation sur la scène juridique béninoise, elle s’illustre en défendant des dossiers difficiles, comme lors de la dévaluation du franc Cfa où elle conseille des opérateurs économiques en difficultés » a précisé la grande chancelière. Pour l’heureuse du jour, cette distinction est la preuve que le travail bien fait est gage de récompense.

Témoignant sa gratitude à toute l’assistance et au chef de l’Etat, elle n’a pas manqué de s’investir dans la promotion du droit et la défense des intérêts des plus faibles. C’est donc à juste titre que la juriste a fait un bref exposé sur la problématique des erreurs judiciaires dans le système judiciaire béninois, ceci afin de chuter sur la nécessité pour l’homme de droit de prendre conscience de son pouvoir et de bien l’exploiter, d’être vigilent pour éviter de telles erreurs. Elle a fini par indiquer ne pas s’inscrire dans la critique mais que tout ceci tient de sa contribution pour l’instauration de l’équité et d’un climat de paix.

ADJAKOU Serge & GNAHO Inés (stags)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *