Sylvestre Amoussou

CINEMA AU BÉNIN : Les films de sylvestre AMOUSSOU enfin dans le plat du public béninois

96

C’est face aux hommes de la presse que le réalisateur béninois Sylvestre AMOUSSOU livre ses ambitions pour le cinéma béninois et africain. Organisée le mardi 10 Octobre 2017 à l’espace Tchif en présence d’Adrien Guillot, ladite conférence de presse a permis au mentor du cinéma béninois de parler de ses oeuvres et de la rétrospective complète.

« Sans le cinéma, le tourisme béninois ne se développera » a affirmé Sylvestre AMOUSSOU. Pour l’homme, le cinéma est une arme et il permet de transformer la société. Assis dans un divan couleur noire, le réalisateur béninois habillé en chemise blanche et pantalon couleur bleue n’a manifesté aucune peur avant d’exposer ses ambitions cinématographiques pour le public béninois. Ayant à sa droite, Adrien Guillot le Directeur de l’espace Tchif et à sa gauche Eric Todan, le directeur du centre national du cinéma et de l’image animée(CNCIA), le réalisateur béninois Sylvestre AMOUSSOU fait face à un public assis sur des chaises à siège couleur rouge au vin. Tapis noirs dressés parterre, la salle de l’espace Tchif peinte en blanc laissait entendre un calme causé par le discours séduissant de Sylvestre AMOUSSOU. « Je ne fais pas le cinéma pour les honneurs personnels » mais pour la brillance de l’Afrique, dit le réalisateur béninois. Cette phrase rassure le public de ce que  l’homme vise la valorisation du continent Africain par le Cinéma. Durant ses explications, les propos de Sylvestre AMOUSSOU font comprendre les raisons pour lesquelles ses films ne sont pas encore connus du public béninois. A l’entendre, son film appelé ”L’orage africain ” a fait la fierté du Bénin au Fespaco mais les béninois ne vivent pas encore cette fierté béninoise. Les espaces de diffusion ou les salles de spectacle sont en quantité insuffisante et moins équipés. Par ailleurs, le cinéma est délaissé par le gouvernement et le septième art reçoit de sérieux coup. L’on devrait faire fonctionner les salles de spectacle pour donner une vie au cinéma. Aux dires de Sylvestre AMOUSSOU, le cinéma doit être inscrit dans l’éducation nationale pour permettre aux enfants de prendre le goût du cinéma. Pour faire connaître ses films (L’orage africain, Africa paradis et Un pas en avant etc.), au menu, la programmation a promis: une éducation artistique qui s’effectuera à l’aide d’une rencontre des jeunes dans les écoles; des projections qui feront l’objet d’un temps d’échange avec Sylvestre AMOUSSOU et un master class au cours duquel le réalisateur abordera le cinéma dans son ensemble, de présenter son parcours cinématographique et ses influences. Il commentera aussi lors du master Class, la fabrique d’un film, ses objectifs et la manière de décrypter le cinéma. Si les films de Sylvestre AMOUSSOU seront connus du public, c’est aussi grâce à l’accompagnement du promoteur et du directeur de l’espace Tchif qui pensent à la promotion culturelle. Du 16 au 22 Octobre vivez le cinéma béninois avec les films de Sylvestre AMOUSSOU.

Hervé Dossou FADONOUGBO (Stag)


Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *