CLOTHINO’S AMOUSSOU : UN TALENT AU SERVICE DES ARTS PLASTIQUES BENINOIS

113
Passionné des œuvres plastiques, il a commencé sa marche au royaume de l’art il y a plusieurs années et se révèle au public de par son expression artistique. Pour mieux le découvrir, votre journal vous amène à sa découverte.

 

D’un teint noir, de taille moyenne avec un sourire alléchant, dynamique et surtout ambitieux, AMOUSSOU D. Clotaire alias Clothino’s est un jeune artiste plasticien béninois.

Naquit d’un couple originaire d’Allada, Clothino’s a poussé son premier cri de vie à Goré dans le royaume de NIKKI sous les couleurs du mois de juin de l’an 1988.

Il s’inscrit en géographie à l’université d’Abomey-calavi après un bac littéraire en 2010 et plus tard, à l’Institut National des Métiers d’Archéologie d’Art et de la culture (INMAAC) où il est en année de licence.

Jeune talentueux et engagé à poursuivre ses ambitions, Clothino’s n’était pas incognito parti pour faire de l’art plastique. Cela d’autant plus qu’il esquisse ses premiers pas dans l’art depuis son enfance.

<<J’aimais dessiné et faire des objets en terre battue.>> Une fois au collège, il s’exprimait à travers la réalisation des cahiers de choix aux écoliers du cours moyen deuxième année.

Clothino’s avait le soutien de ses parents et de ses amis qui lui reconnaissait ce talent et l’encourage dans sa carrière. Et puisque s’exprimer à travers les images reste sont fort, son arrivée à l’université lui a révélé le géant Ensemble Culturel et Artistique des Étudiants du Bénin (EACE).

Là, il s’est laissé façonner tel l’or entre les mains de l’orfèvre en arts plastiques. Au bout de 12 lunes, il a commencé à exercer en tant que artiste plasticien dans ladite institution.

Sa compétence et sa performance lui ont coûté le poste de chef matériel et par la suite organisateur arts plastiques durant deux ans. Il réalise ses prouesses dans la confection des tee-shirts et des tableaux d’art.

Un jeune au futur prometteur

A partir de Son expression à travers l’art, il émerveillait depuis 2013 bon nombre de béninois. En attendant de s’imposer totalement sur le marché artistique, Clothino’s Amoussou gagne déjà des gros morceaux d’ici et d’ailleurs.

<< Je reçois des commandes d’un peu partout>> pour reprendre ses propos. Dans le souci d’aller jusqu’au bout dans ses folies artistiques, il exerce d’ores et déjà son métier en tant qu’autodidacte avant l’obtention de son parchemin de licence.

Pour ce faire découvrir, le jeune plasticien à déjà réalisé des portraits, des tableaux peintures de paysages. Dans cette veine, il compte organiser des expositions artistiques pour se faire davantage visible.

Ayant une kyrielle de talents, il s’engage jour et nuit de façon à se hisser au rang des artistes plasticiens courtisés notamment Abayi Philippe, Henriette Goussikindey, Verckys Ahognimetche et être une figure emblématique des arts plastiques.

Homme simple et vertueux, rigoureux et exigeant, il aime s’habiller en tenue locale et surtout les chemises simples et des jeans pour ses séances de travail. La pâte constitue son plat de prédilection.

Le jeune artiste, source de vive inspiration pour la jeunesse, recommande aux jeunes de s’adonner au travail. Pour lui, chacun a toujours quelque chose à révéler au public béninois. A l’endroit des autorités, il lance un vibrant appel à encourager et récupérer les compétences artistiques. L’art ne ment pas.

 

Ferdinand DANGBENON

 



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *