Concours de dictée en langue l’Ong « Gbé cè dyè » : Les lauréats reçoivent leurs prix

139

Dans le cadre du lancement officiel de ses activités, l’Organisation non gouvernementale « Gbé cè dyè » a organisé la 1ère édition du jeu concours dictée en langue. L’objectif est de promouvoir les différentes langues nationales au Bénin, facteur d’émergence. La remise de prix s’est déroulée à l’amphithéâtre, Jean Pliya de l’Uac le 20 juillet 2018.

6 langues en compétition, 29 candidats inscrits, deux à l’arrivée, Kondé Cyrile de la catégorie « Adjagbé » et Saca Yérima Malick Gounou de la catégorie « Baatonù ». Le travail de promotion des langues nationales entrepris par l’Organisation non gouvernementale « Gbè cè dyè » fait son petit bonhomme de chemin. Portée sur les fonds baptismaux en juin 2018 pour se dévouer à la promotion et à la valorisation des 64 langues nationales du Bénin, le concours « Dictée en langue » est sa première activité. En présentant l’intérêt de ce jeu concours, Alidou Aboubakar, membre du bureau de l’Ong, a indiqué qu’il s’agit de, « pratiquer ce que nous avons appris en poursuivant dans le sens de nos formations et montrer à tous l’intérêt de nos langues ».

Et pour cause, dira Docteur Zakiath Bonou-gbo, présidente de cette Ong, « la valorisation de nos langues et un véritable facteur d’émergence ». Pour cette édition, six langues à savoir, le fon, le yoruba, l’adja, le baatonù, le ditamari et le dendi sont en compétition. En félicitant les organisateurs et l’Ong « Gbè cè dyè », Docteur Pélagie Agboton, Chef département ajointe du département des sciences de langage et de la communication de l’Uac, dit être très fière de ses enfants : « je vous félicite et vous encourage à aller loin » a-t-elle déclaré avant d’ajouter que jamais, elle ne les laissera. Quant au professeur Jean-Euloge Gbaguidi co-parrain de l’événement, c’est un objectif noble et novateur.

« Vous faites une activité noble. Ecrire en langue nationale, c’est faire preuve d’effort et de beaucoup d’efforts ». Il a ensuite souhaité du succès et surtout du courage à l’Ong dans ce combat car dit-il « nous travaillons pour demain ». Quant aux deux premiers lauréats, ils sont repartis chacun avec un trophée d’excellence, une lacoste de l’Ong, et une attestation. Les autres qui se sont bien illustrés ont reçu chacun des teeshirts griffés « Ong Gbè cè dyè » et tous les participants, une attestation de participation. Aussi, ils intègrent l’Ong pour aller en mission partout où besoin sera et partager largement ses idéaux en travaillant à l’enracinement des langues nationales. Pour cela, le parrain les a invités à plus de cohésion et d’engagement.

En leur nom, Arédina Thomas a tenu à témoigner toute leur gratitude à l’Ong et autres organisateurs qui leur ont permis à renouer avec leur langue et de pourvoir faire ce retour à la source avant de formuler des vœux de succès à leur endroit. Rendez-vous est donc pris pour une deuxième édition avec plus de succès.

Bidossessi WANOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *