Conférence sur le panafricanisme à la FLASH : Marc Kodjo Tovalou, activiste panafricain honoré

32

kodjo TovalouLe vendredi 01 Juillet 2016, s’est tenue une conférence publique sur le campus d’Abomey-calavi. Elle a eu lieu dans l’amphithéâtre de la faculté des lettres, arts et sciences humaines (FLASH). Elle s’est axée sur les luttes panafricaines menées par Marc Kodjo Tovalou HOUENOU.

Faire connaître Marc Kodjo Tovalou Houenou à la jeunesse béninoise et l’amener à être aussi un défenseur de la race noire. Tel est l’objectif qui a poussé Afiavi karim, étudiante en troisième année au département d’histoire et archéologie, à entretenir ses camarades étudiants, sur le béninois Marc Kodjo Tovalou Houénou. Lutteur panafricain, Marc K. T. H est né en 1887, de deux parents assimilationnistes au Dahomey. Selon la conférencière, il est amené à Bordeaux à l’âge de 13 ans. Il a terminé ses études là-bas et est devenu avocat et médecin. Au cours de la Première Guerre mondiale, il a défendu la France jusqu’au bout. En dépit de tous ces sacrifices qu’il a faits pour les Français, il a été expulsé de deux bars à coups de poings et de pieds, dans ce même pays tout simplement parce qu’il est noir. Cet incident, explique la conférencière, a profondément marqué Marc K.T.H, au point où il s’est engagé dans la défense de la cause africaine. Il a alors publié des ouvrages où il a démontré qu’aucune race n’est supérieure à une autre. Il a créé Les Continents, un journal qui valorise et défend la civilisation africaine. Il a donné des conférences un peu partout dans le monde, sur l’égalité des races et des civilisations. Ce Béninois va créer en 1924, la ligue universelle de la défense de la race noire (LUDRN). Il a été déshérité par son père qui a désapprouvé ses idéaux. Il est mort en 1936 d’une manière encore inconnue. À la fin de la conférence, la satisfaction des participants a été incontestable.

OUINSOUSSI Catherine (Coll)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *