Coupe du Monde ‘’Russie 2018’’ : Le Sénégal et le Japon se neutralisent, la course pour les 8ème de final relancée dans la groupe

95

Dimanche passé s’est tenu le match qui opposait les lions de la Terange et le pays du soleil Levant. Si chacun a eu son temps fort, les deux pays se sont séparés sur un nul plutôt logique (2-2). La courses pour les places en 1/8 de final est ainsi relancée dans le groupe.

Ce fut un match de toutes les tensions. L’enjeu était simple : entre ces deux sélections vainqueur de leur premier match, une nouvelle victoire ce dimanche et les huitièmes de finale se rapprochaient sérieusement. Et au final, on n’est pas plus avancé que ça puisque Japonais et Sénégalais n’ont pas réussi à se départager (2-2). C’est le Sénégal qui démarrait bien sa partie, avec une ouverture du score rapide grâce à Mané, qui profitait d’une erreur de Kawashima (0-1, 11e, voir ci-dessous). Dans la foulée du but, les Lions de la Teranga faisaient la meilleure impression et restaient assez hauts sur le terrain.

De quoi mettre des Japonais en échec et très peu dangereux. Et alors qu’on ne s’y attendait quasiment pas, les coéquipiers de Kagawa égalisaient grâce à une belle frappe d’Inui (1-1, 34e). Conséquence d’un contrôle chanceux de Nagatomo dans la surface et d’un Wagué un peu lent sur le coup. La suite était nettement moins animée. Jusqu’à l’heure de jeu et un gros temps fort japonais : Osako, après un centre de Shibasaki, manquait le ballon dans les six mètres (60e) avant que l’excellent Inui ne touche la barre d’une nouvelle frappe bien travaillée (64e).

Sept minutes plus tard, alors qu’ils étaient en difficulté, les Sénégalais marquaient un second but grâce à Wagué, après un superbe travail de Sabaly (1-2, 71e, voir ci-dessous). Si la sélection africaine pensait alors avoir fait le plus dur, c’était sans compter sur une égalisation rapide de Honda (2-2, 78e), après une sortie casquette de N’Diaye, le portier sénégalais. Avant une fin de match sans paillette. Un scénario qu’il ne faudra pas regretter jeudi prochain.

Marcel Hounkanrin



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *