robinet, uac, mauvais entretient, dégradation robinet, Le Héraut, Bénin

DEGRADATION DES ROBINETS A EAU A L’UAC : Les autorités toujours dans la passivité

113

 

Au campus de l’université d’Abomey-Calavi, les robinets d’eau implantés un peu partout  pour  servir les  étudiants sont dans un état de dégradation avancé. A tous les bouts de rues, l’eau coule de façon rageuse et ceci, à tous moments. Un état de chose qui malgré l’ampleur de la situation, est confronté à une sensibilité de marbre chez l’autorité.

Le constat fait sur les robinets d’eau du haut lieu du savoir d’Abomey-Calavi reste patent. Derrière et devant la résidence BID A, les robinets d’eau qui s’y trouvent sont défectueux et l’eau coule en permanence. Dans le jardin en face du restau BID à côté de la résidence HASSAN II, le constat n’est pas différent.

Il est aisé de marcher dans la boue couverte par les gazons aux alentours des robinets qui sont là. Derrière et devant la maison des enseignants “La doctrine” l’eau coule 24h/24 et le pavé de derrière est verdi et présente un aspect marécageux. La grosse pierre posée sur le robinet n’a pu empêcher l’eau de couler. Plutôt c’est une occasion pour les chauffeurs de venir nettoyer les voitures. La même scène est assistée en bas du mur de la Fast du côté du second portail de l’Uac en allant vers la forêt ILACI, de même que derrière la haute école du journalisme, sans oublier celle des parages de l’ENAM et FSA.

Bénédicte Houessinon, étudiante à la FADESP vue en train de recueillir de l’eau dans un plastique de Sprit en face de la résidence BID A déploré le cas: «Beaucoup de robinets coulent en plein temps sur le campus et on ne comprend pas pourquoi». Quand Bénédicte ne comprend pas pourquoi, il parait bien compris chez d’autres.

L’incivisme dont font montre des usagers de ces robinets serait une réponse au pourquoi. Un agent du centre des œuvres universitaires et sociales (cous) qui a préféré taire son nom en parle. «Ces robinets sont maintes fois réparés mais ceux qui viennent chercher de l’eau qui en font usage à mauvais escient et ils se gâtent vite à nouveau». A-t-il fait savoir. Dans cette optique, il n’est pas rare de voir les bonnes dames des centres commerciaux de la maison et ceux qui habitent les quartiers environnants du campus s’approvisionner de l’eau chaque fois comme bon leur semble. Par ailleurs, d’autres voient les raisons d’un autre côté.

Les autorités seraient indifférentes et joueraient les sourdes oreilles. Et c’est qu’a avoué un gardien d’amphi: «depuis que les robinets ont commencé par couler sans cesse, nous avons essayé d’attirer à plusieurs reprises l’attention des autorités, mais rien n’est fait». Et pourtant, chaque année les étudiants résidant dans les cabines universitaires sont confrontés à la pénurie d’eau et ont toujours crié leur ras-le-bol. Les incommodités enregistrées.

Le fait que les robinets d’eau de la maison mère des intellos du Benin coulent en permanence n’est pas sans suite néfaste. L’eau qui coule en plein temps verdit les alentours des robinets et les rend insalubres avec des mouches qui infestent les lieux. Aussi ces lieux s’apparentent- ils à une mare. Le manque criard d’eau auquel les étudiants sont confrontés pendant leur séjour dans les résidences universitaires n’en est pas le moindre. Et Faoziath Assouman, étudiante à l’EPAC en parle: «Tout cela fait que les étudiants, quand ils sont dans les cabines, ils manquent d’eau». Si tant de déceptions font place à la suite des robinets d’eau qui coulent en plein temps sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi, il serait judicieux de prendre des mesures pour corriger le tir.

«Les autorités peuvent penser à réparer les robinets». C’est ce que suggère Bénédicte. ce qui peut permettre aux usagers de prendre l’eau dans un milieu sain, une façon de diminuer le risque des maladies chroniques. Aussi serait-il mieux que les matériels acquièrent une bonne durabilité vu que le nombre des usagers est non moins important. L’agent du Cous/AC n’a pas manqué d’appeler à la conscience civique des uns et des autres.

 

Fidégnon E. HOUEDOHOUN (Stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *