DIALOGUE LITTÉRAIRE À L’INSTITUT FRANÇAIS:
André Jolly s’engage pour la promotion de l’art plastique béninois

318

Dans le cadre de la sortie et la signature du livre «Artistes contemporains du Bénin, Artistes du Monde » de André Jolly, l’Institut Français du Bénin en partenariat avec “le Centre”, a organisé un dialogue littéraire, le vendredi 27 novembre 2020. L’événement a eu lieu sous la paillote de l’Institut français du Bénin à Cotonou.

Accompagner et promouvoir les artistes plasticiens du Bénin et d’ailleurs dans la création des œuvres culturelles, c’est l’objectif que s’est fixé l’écrivain André Jolly. Dans le cadre de la sortie de son livre « Artistes contemporains du Bénin, artistes du monde », un ouvrage réalisé sur 82 créateurs contemporains du Bénin, l’Institut français du Bénin a organisé un dialogue littéraire sur le thème « Paroles d’artistes, paroles d’auteurs ». Les échanges ont été animés par plusieurs acteurs du monde culturel tels que les artistes plasticiens Ludovic Fadaïro, Eliane Aïsso, Dominique Zinkpé et des écrivains tels que: Florent Couao-Zotti et André Jolly. Dans leurs différentes interventions, ils ont mis l’accent sur la beauté et l’originalité des œuvres d’art réalisés au Bénin. Selon André Jolly, « le Bénin a des talents exeptionnels dans le domaine de l’art. On en retrouve en grand nombre et le côté positif de ce foisonnement c’est qu’il y a une diversité de création ». Allant dans le même sens que lui, Dominique Zinkpé, a démontré que les adages en langue Fongbé et les histoires des rois du Dahomey peuvent être des sources de création artistique. « Sans exagéré, on peut dire que si l’on souhaite être un vrai artiste, on a tout ici au Bénin pour l’être » a-t-il affirmé. Ludovic Fadaïro a confirmé qu’il tient ses inspirations de l’histoire de la dot de sa grand-mère. À travers son livre, André Jolly, fait la promotion de l’art contemporain du Bénin en mettant la lumière sur plusieurs artistes béninois.
Sous la conduite de Dominique Zinkpé, une exposition dénommé. « Artistes du Monde » a été fait. Une dizaine d’artistes plasticiens qui s’investissent dans plusieurs catégories telles que : la peinture, la sculpture, la photographie, installations, et art vidéo ont présenté des œuvres d’une écriture et d’une esthétique singulières qui représente la vitalité de la scène artistique contemporaine du Bénin.

Ivon Christian TOMAVO (stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *