Digital E-Business and Medias Management (DBM) A Vidéo Leader : « Il consiste à donner les compétences novatrices aux jeunes notamment dans le domaine du digital » dixit Didier TOULASSI

302

La majorité des secteurs d’activité d’aujourd’hui surfent sur les vagues du digital qui reste et demeure un actif très incontournable à leur développement. C’est conscient de cette évidence que Vidéo Leader, dans sa lutte acharnée contre le chômage, s’est résolu à mettre sur pieds une nouvelle offre de formation dénommée « Digital E-Business and Medias Management (DBM) ». Votre journal a accordé une interview à Didier TOULASSI, Directeur Général de Vidéo Leader, dans le but de vous permettre d’en savoir d’avantage. Lisez plutôt…

Que pouvons-nous comprendre du DBM  ?

Le DBM, c’est un complément de compétences en Audiovisuel, en digital et en gestion des ressources sociales et si possible en gestion des réunions en lignes. Il consiste à donner les compétences novatrices aux jeunes notamment dans le domaine du digital.

D’où est partie l’idée de création de cette offre de formation ?

C’est le constat du digital, quand vous observez, le monde d’aujourd’hui évolue à une vitesse exponentielle. En effet, l’idée nous est venue au cours d’une observation très simple, le changement qui s’opère dans le monde à travers le digital, à travers le cloisonnement et la COVID-19 qui est venue enfoncer le clou. À partir de là, nous avons compris qu’on devrait proposer une telle formation à toute personne qui veut aller loin. Les échecs par rapport à l’emploi évoluent aussi négativement et les emplois liés aux diplômes que vous avez en communication d’entreprise sont limités. Alors le DBM est aussi là pour relever avant et après tout le défi de l’emploi et quand je parle d’emploi, l’université qui libère dans la rue environ 36 000 diplômés par an pour devenir des chômeurs.

Quelle est l’originalité du DBM ?

Le DBM est original, c’est inédit. D’abord, ça n’existait pas au Bénin. Je l’ai pensé moi-même. J’ai constaté le manque dans l’environnement et je lui apporte la réponse. L’originalité, c’est formé les gens pour l’emploi ou pour l’entreprise. Nous disons « Non au chômage ». À la fin de la formation, tu deviens automatiquement entrepreneur ou tu es dans la vie active.

À qui s’adresse-t-elle ?

Nous nous adressons à tout le monde, que vous soyez journaliste en communication, que vous soyez agronome, que vous soyez commerçant, que vous soyez étudiant, que vous soyez fonctionnaire, que vous soyez entrepreneur, que vous soyez dans n’importe quel type d’affaires. Tous les secteurs sont embrassés par cette formation.

Quelles sont les options caractéristiques du DBM et la pertinence de chacune d’elle ?

Nous avons divisé le DBM en deux. Il y a le DBM Réseau qui veut dire Digital E-Business and Medias Management coté fabrication audiovisuelle plus réseau et le DBM tout court qui veut dire réalisation de supports médias, de supports visuels, de supports audiovisuels et multimédias, de sites web, gestion des réseaux sociaux et gestion des conférences en ligne.

Que peut-on retenir de la durée et du planning de formation et quels sont les avantages conséquents ?

L’avantage est que la formation est conçue pour tout le monde. C’est une formation totalement pratique, pas de leçon à apprendre. Chaque étudiant sera avec son ordinateur. Notons qu’il doit venir avec son propre outil de travail. Sur place, il aura tous les logiciels de travail nécessaire. La durée est 06 mois de cours pratiques déclinés en trois cours par semaine, les mercredis 18 h-21 h, les vendredis 18 h-21 h et les samedis 9 h-13 h soit un total de 300 heures. Après les 06 mois de formation, il aura 03 mois de stage qui ne dit pas son nom. Mais, déjà à partir du troisième mois, l’étudiant s’engage à finir sa formation pour la soutenance. Le projet personnel de l’étudiant le suit vers le sixième mois. Ce qui lui permettra de continuer en freelance ou en entreprise et il aboutit au neuvième mois à la pré-soutenance, puis au bout du onzième voire le douzième mois, l’étudiant soutient. Disons que c’est pratiquement une formation d’un an.

Quelles sont les débouchées de cette offre de formation ?

Nombreuses sont les débouchées. Il s’agit de : chargé de communication, directeur de la communication, concepteur, réalisateur multimédia, webmaster, community manager, digital e-business and media manager, chargé de projet digital et multimédia. Vous pouvez également être recruté dans des organisations comme UNICEF, PLAN BÉNIN et autres.

Qu’en est-il des frais de formation et leurs modalités de paiement ?

À ce niveau, nous avons comme frais d’inscription 30.000F et comme frais de formation, 475.000 f pour le DBM Réseau et 675 000 f pour le DBM. En ce qui concerne les modalités de paiement, les frais de formation sont payés par tranche négociable selon le contrat d’inscription de chaque étudiant.

La rentrée et les inscriptions s’étendent sur quelle période et comment se font les inscriptions ? Et enfin, les rentrées prochaines auront-elles lieu quand ?

Les inscriptions ont déjà démarré, mais vont s’arrêter à la fin de ce mois, elles se font en ligne et à Vidéo Leader. Concernant la rentrée qui était prévue pour le 5 avril, elle est reportée pour la semaine du 19 avril. Pour le moment, c’est la seule rentrée. Par ailleurs, nous sommes en train de prévoir une autre en septembre afin de suivre le calendrier académique de l’année 2021-2022.

Votre mot de la fin

J’invite les Béninois à nous faire confiance. Je suis un compétiteur et j’aime faire réussir les gens autour de moi, c’est ma passion. Si quelqu’un s’engage avec Vidéo Leader, c’est pour réussir et moi j’aime relever ce défi. Venez massivement tester, car avec Vidéo Leader, votre réussite est assurée. Ensemble, évoluons en mode « sans échec ».

Hermione KOUDI



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *