Éclaboussé dans leurs mains !

112

Entre temps braconniers et vautours dans la traite, tôt ils sont devenus démons incontournables de la science. Avortez par les mathématiques et la littérature, ils ont nettement une admiration à l’autre science. Science qui détient un piédestal dans la chimie et devenue aujourd’hui mère de toutes.

Ils avaient crû qu’on pourrait braver facilement ces normes, voilà enthousiasmé, le malheur du siècle créé par l’être inconscient de la planète, l’ennemi qui n’a point d’oreilles et invisible aurait un long séjour parmi les l’Homo sapiens et serait au-delà de neuf lunes. Il se ballade sans frein sur l’esplanade ou grouille d’hommes, à 8g il navigue très vite sur le chemin des espèces humaines sans s’en rendre compte qu’elles sont créés à l’image de Dieu.

Sans désinvolture, il ne connait point présidents, députés, ministres, joueurs, artistes, apprentis ni évêques et pasteurs. Et la colère de Jéhovah sévit! Lieux de cultes qui abondent l’espace terrestre, où commerçants, faux prophètes et envoyé de Dieu prétendent adorer son saint nom, et depuis aucune politique n’a eu l’occasion de redresser à bien ces branches de la vie religieuse, simplement en quelques jours le petit truc microscopique l’a bien maîtrisé: modération voir cessation d’activités mafieuses.

Hommes perdus en cascade, corps sans esprit en myriade sur les barbelés. Juste un petit truc microscopique éclaboussé dans leurs mains et une fois saupoudré lui même, hélas le désire de voyage vers d’autres destinations n’est plus une priorité des hommes, volontairement d’autres sont confinés, involontairement d’autres sont soumis à la loi du retour au bercail.

L’humanité déstabilisée et ébranlée, en ce temps, l’humain fait peur à l’humain grâce à lui. L’homme, lui même maître professionnel des affaires, et esclaves de tout ce qui semblent précieux, décide d’abandonner toutes ses activités et préfère rester peu soulager dans sa demeure.

Voici à malin, malin et demi l’on s’est fait rattraper par son intelligentsia. les routes désertées, belles voitures de luxe garées, tenues vestimentaires et chaussures de gammes dans les placards, liquidités dans les coffrets.

Vanité des vanités, tout est vraiment vanité. Ce petit malfaiteur a démontré sans formules mathématiques que l’homme de part sa grandeur ne peut jamais dépasser les suprématies terrestres. Le continent balkanique des pauvres épargné tandis que ceux des bourgeois ont été malmenés et leurs populations lamentées.

Ce que eux, grands dirigeants occidentaux et africains n’ont pas pu obtenir à travers les différents mouvements tels que le G20… Corona l’a obtenu en moins d’une minute: Diminution de la pollution, préservation de l’environnement et de l’écosystème. De même, le cessé le feu en Syrie, au Yémen, fin temporaire des attaques islamistes, report des échéances électorales… arme qui continue de vaincre sans épée, et même n’attend faire négociation avec qui que ce soit.

Ainsi, L’ennemi de l’homme a valorisé lui seul, il continue de faire son buzz à travers la promotion des masques, et l’homme autochtones de la terre, s’est transformé lui même en Caleta sur les trottoirs, dans les ministères et même sur son lit.

Aujourd’hui, l’égalité sociale est devenue une vraie réalité, les mouvements d’immigration clandestine ont connu une abolition, et l’humanité n’enregistre plus de morts sur la Méditerranée. Et bah, L’ennemi n’en a point fini là, il va même dévaloriser les décisions prises à l’humanité de l’ordres des cartels tout en anéantissant les agissements des dealers couronnés dans des districts banlieues.

Imposez à l’humanité un vaccin à puces RFID à effets secondaires spéciaux, c’est pas la peine! corona tu as tellement fait ravage de part les périls et tu triomphes avec gloire.

Simplement de toi les individus qui se voient supérieurs aux autres ont beaucoup appris, les États opprimés ne faisant pas parties des Eldorados mais des autres du Galaxy, continuent d’en réaliser profit, les braconniers se retrouvent sans fusil, les animaux sauvages vivent dans la forêt avec plaisir et soupir, les poissons dans l’eau nagent avec sourire et sans soucis, et la terre garde à jamais un souvenir.

Aimez-vous habitants de la terre !

 

Alban Glorengh FAGNIHOUN

 

 

 



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *