Edito: Pour une année 2020 notée 20/20 : Un mental, une attitude, un comportement !!!!

126

 

Par Moïse TCHEGNONSI

Il est inutile de prier Dieu pour être heureux quand on est paresseux, allergique au moindre effort, au travail bien fait, amoureux de la procrastination, refusant la prise de risque, préférant le sommeil au détriment de l’action concrète et juste.

À l’avènement de la nouvelle année, comme de coutume, tout le monde la souhaite bonne et veut en tirer bonheur. C’est ainsi que l’on se donne à la prière et aux échanges de vœux. C’est une bonne pratique qui donne un espoir de vie mais il n’y a pas de meilleure manière de prier que de fournir l’effort du travail.

Les livres saints enseignent que le travail est source de succès, d’abondance, de bonheur. L’éducation familiale authentique africaine corrobore cette vérité au point d’imprimer dans le mental de l’enfant que le travail est un trésor.

Certaines personnes, adeptes de la flemme chronique deviennent des ‘’ rats des églises‘’ priant sans cesse pour attirer inutilement le bonheur, le succès et la réussite. Il existe peu de chance d’atteindre le succès sans un travail acharné, assidu. C’est une évidence.

Et pour cause, dans les centres de formation, le modus opérandi consiste à imprimer dans les consciences des jeunes âmes que le travail est un trésor.
Les coachs en développement personnel seront plus explicites pour révéler que pour réussir, il faut 99% d’effort et 1% pour tout le reste.

On n’oubliera pas la célèbre phrase du professeur Brice Augustin Sinsin, ancien recteur de l’UAC qui n’avait cessé de répéter à ses étudiants << travaillez, travaillez jusqu’à ce que mort s’en suive>>

Nul ne peut contester que ce soit à force de travail qu’on obtient son gain. Cette réflexion est faite pour attirer l’attention de l’étudiant de l’Université d’Abomey-Calavi, le cadre de demain sur ce qui doit être son leitmotiv au cours de cette année qu’il proclame 20/20.

À l’orée de cette nouvelle année, tel était le cri d’espoir de tous les vœux sur les langues. La notation 20/20 est conventionnellement retenue comme la perfection. Dans le contexte académique, cette notation est significative à plusieurs égards.

Elle traduit le succès académique avec la bourse pour ceux qui sont en cours de formation et la fin heureuse pour ceux qui sont en fin de cycle. Ce vœu formulé veut également appelé de tous les vœux l’argent qui est la manne de tous.

Mais tout ceci ne peut s’obtenir dans l’oisiveté, la nonchalance, la paresse, la procrastination, le refus de prendre de risques. Le hasard n’existe pas. Qui sème le vent, récolte la tempête. Le travail et le travail assidu rendra le succès à celui qui s’y adonne.

L’étudiant devra être assidu au cours, faire les recherches, rendre ses exposés et lire ses cours au quotidien s’il veut atteindre le succès. C’est bien l’itinéraire pour une année 20/20. ‘’ Votre vie ne s’améliore pas par hasard, elle s’améliore par le changement’’ dixit Jim Rohn.



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *