ÉLECTION 2019 AU BEF : Les cloches résonnent pour Wilfried Nicéphore HOUESSOU

93

On ne sait s’il sera candidat pour les prochaines élections fédérales au campus d’Abomey-Calavi, mais ce qui est sûr, c’est que les voix montent de plus en plus pour le réclamer à la tête de la plus vieille des institutions estudiantines au Bénin. Lui, c’est Wilfried Nicéphore Houéssou.

Pour montrer leur position, les étudiants ne sont pas passés par 4 chemins. Réunis en Séance, à Abomey-Calavi le lundi dernier, ils n’ont pas manqué de mots pour inviter Wilfried Nicéphore Houéssou à accepter leur doléance et déposer sa candidature pour un plébiscite. Ceci parce que « la communauté universitaire souffre du manque de véritables leaders ». Selon l’un des organisateurs, « Wilfried Nicéphore Houessou, est un maillon indispensable pour la cause estudiantine, c’est l’homme qu’il faut pour la FNEB ». Cet avis,  quelques militants de la FNEB y adhèrent. Pour eux, « au-delà de sa force politique, c’est un jeune humble et démocrate sur qui on peut compter ».

Si en décembre 2018, pour les dernières élections fédérales, l’homme a été un challenger de taille de Goldine Agbidinoukoun et qu’il a pu récolter 46 %, « c’est bien parce qu’on lui connait une compétence ». La cabale médiatique déclenchée contre lui et le penchant du siècle pour la promotion du genre n’ont pas pu l’empêcher d’avoir avec lui une forte couche d’étudiants.

Pour les fédérés, « la désillusion a été cinglante par la tournure des évènements avec l’actuelle mandature », et il est tant que « les bons hommes prennent le flambeau » pour faire briller l’étendard du mouvement étudiant.

C’est donc à juste titre que militants et militantes de la FNEB ont réaffirmé leur soutien farouche à Wilfried Nicéphore Houessou, tout en invitant à une cohésion des forces autour de l’homme.

Cependant, une question demeure. Wilfried Nicéphore Houessou répondra-t-il à l’appel et volera-t-il au secours de ces milliers d’étudiants qui le réclament ? On connait l’homme pour son cœur bon. On sait aussi que les complaintes des étudiants ne le laissent pas indifférent. Il est vrai qu’il a annoncé tourner la page, mais qui sait ?

 

Sylvestre DOSSA


Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *