ÉLIMINATOIRES CAN TOTALE ÉGYPTE 2019 : BÉNIN VS TOGO :Le rendez-vous avec le destin

101

Toujours en course pour la qualification à la CAN 2019, les Écureuils du Bénin ne sont maintenant qu’à un pas du but. Mais à voir la manière dont ils ont été évincés des éliminatoires de la dernière CAN, l’on se demande s’ils ne vont pas une nouvelle fois manquer le rendez-vous avec leur destin.

Cinq journées disputées sur six ; deux victoires, deux défaites et un match nul. Ainsi se résume le parcours des coéquipiers de Stéphane Sèssègnon lors de ces cinq premières journées. Deuxième de son groupe derrière l’Algérie (premier avec 10 points), le Bénin a une avance de deux points sur ses poursuivants directs que sont le Togo et la Gambie. Mais pour espérer poser sa valise sur le sol égyptien en juin prochain, le Bénin a encore une grosse montagne à gravir : le Togo. Un adversaire qui, sur le papier, peut sembler moins redoutable, mais qui néanmoins peut lui mettre des bâtons dans les roues. En effet, étant donné que le Togo et la Gambie ont encore tous la possibilité de décrocher leur billet qualificatif, les Écureuils vont devoir remuer ciel et terre pour arracher la victoire face aux coéquipiers d’Emmanuel Adébayor lors de l’ultime journée. Un tel résultat les mettrait à l’abri de tout danger, et ce quel que soit le résultat qui proviendrait de la confrontation entre les Fennecs et les Scorpions. Inversement, le Bénin assurera sa qualification au cas où il ferait un match nul et que la Gambie de son côté serait battue ou ferait, elle aussi, un nul face aux Algériens. Mais au cas où le Bénin enregistrerait une défaite ou un nul face au Togo et que la Gambie parviendrait à battre l’Algérie, il pourra dire adieu à : Égypte 2019. Les écureuils du Bénin doivent alors nécessairement considérer cette rencontre face au Togo comme une finale et arracher à tout prix les trois points en jeu avant de prétendre prendre part à la conquête du plus prestigieux trophée du football africain.

Les ultimes journées, la faiblesse des Écureuils ?

Tous les fans du sport béninois répondront à cette interrogation par l’affirmatif. Les Écureuils négocient faiblement les dernières journées. Une hypothèse qui n’est pas trompeuse, surtout lorsqu’on se réfère aux éliminatoires de la CAN Gabon 2017. À l’époque, alors que les Béninois avaient bien l’avantage et n’avaient besoin que d’un nul ou même d’une défaite moins cuisante, ils se sont complètement effondrés en concédant un 6-2 inattendu face au Mali. Une dégringolade qui a tourné en faveur des Togolais qui ont finalement validé leur ticket grâce à une meilleure différence de but.  Pour aller plus loin, on peut remarquer que cette poisse ne s’observe pas que chez les séniors. Même dans les compétitions de catégories d’âge, les Écureuils ont toujours déçu lors des ultimes journées. Le moment est-il venu de changer la donne et redonner espoir au public sportif béninois ? Rendez-vous le 22 mars 2019.

Retour de Sèssègnon, un vent d’espoir ?

Le retour du capitaine béninois S. Sessegnon, expulsé à Cotonou par le juge Namibien Jackson Pavazza lors du match face à l’Algérie (victoire 1-0), n’est pas sans donner un surplus d’espoir aux poulains de Michel Dussuyer. En effet, le capitaine béninois est resté incontournable lors de l’acquisition des sept points qu’a enregistrés le Bénin lors des cinq premières journées. D’abord, son unique but face à la Gambie le 13 juin 2017 a permis au Bénin de revenir au pays avec les trois points.  Aussi, face à l’Algérie le 16 octobre 2018, il a été le passeur décisif sur l’unique but du match. Par ailleurs, nul n’ignore ce qu’a causé son absence au côté des siens en Gambie le 17 septembre 2018 (défaite 3-1). Au vu de tout ceci, on peut affirmer qu’il est indubitablement un joueur de plus pour cette équipe qui a plus que jamais besoin de son coup de génie. Michel Dussuyer de son côté devra mettre en œuvre son professionnalisme et son expérience pour venir à bout des Togolais qui feront le déplacement au Bénin. Auquel cas les Écureuils du Bénin pourront partir pour la quatrième fois de leur histoire à la conquête de ce tournoi continental.

Mahudjro Romaric TOUDONOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *