Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou, DG du Groupe Sènoudé

Entretien avec la Directrice Générale du Groupe Sènoudé : « Nous avons réussi à transformer la noix de kola en sept différents produits bio », dixit Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvo

115

À la tête du Groupe Sènoudé S.A.R.L, Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou apporte un plus remarquable à l’innovation en agro-business au Bénin. Elle découvre les vertus nutritionnelles et thérapeutiques de la noix de kola, et met sur le marché une gamme variée de sept différents produits bio issus de sa transformation.

Le fruit du Terminalia catappa, communément appelé noix de kola, sera désormais prisé grâce à Sènoudé S.A.R.L qui, après plusieurs années de recherches, est parvenue à en découvrir les vertus nutritives et à la transformer pour le marché en sept produits bio : amande torréfiée et caramélisée, jus, sirop, savon, crème, poudre, huile. La Directrice générale du Groupe, Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou, explique : « Nous avons travaillé d’arrache-pied depuis 2015 pour en être aujourd’hui à ce résultat. C’est réconfortant que nos recherches aient pu aboutir conformément à nos vœux qui étaient d’identifier les vertus nutritionnelles de la noix de kola et de la transformer en sept différents produits bio. Franchement, les fruits ont tenu la promesse des fleurs, et nous en sommes comblés. Que le Ciel soit loué ! ».

Environnement, santé et emploi

Selon Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou, le fruit du Terminalia catappa est un trésor pour la santé physique et mentale. « La noix de kola, note-t-elle, est pluriellement riche. Astringent, tonifiant et stimulant naturels par son calcium, son fer et son phosphore, elle lutte contre l’anorexie mentale, l’asthme, les maladies pulmonaires… C’est un trésor pour la santé physique et mentale ».

À l’en croire, l’innovation de son Groupe devra induire dans un proche avenir la création d’emploi et de ressources. « Cette innovation favorise la création de la filière de la noix de kola avec, à la clé, plusieurs activités génératrices de revenus : producteurs, ramasseurs, concasseurs, transformateurs (torréfacteurs, confiseurs, enrobeurs…), vendeurs, distributeurs, recycleurs de coques. Cette filière contribuera du reste au reboisement pour la disponibilité permanente de la noix de kola comme matière première et à l’assainissement de l’environnement. Elle devra de facto entraîner un regain d’intérêt pour le Kolatier jusqu’ici ignoré», souligne-t-elle.

À travers cette trouvaille qui va à son honneur, le Groupe Sènoudé enrichit sa marque BIOTERRA composée entre autres d’éco-produits à base de curcuma, de fenugrec, de graine de lin, de sésame, de baie de gogie. Il aide ainsi à résorber le chômage et à mettre sur orbite le Bénin, vu que l’innovatrice est une Béninoise. Dans une large mesure, l’Etat béninois gagnera à soutenir l’innovatrice et la filière à laquelle elle donne vie pour une plus-value à son pays.

De l’avis des observateurs, d’ailleurs, l’exploit de Sènoudé ne manquera pas de faire tâche d’huile dans l’histoire de l’innovation au Bénin.

Une créativité couronnée

Sênoudé S.A.R.L voit le jour, en 2015, à Cotonou, de la volonté de Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou de s’installer à son propre compte pour mieux s’épanouir. « L’envie d’entreprendre me dévorait, indique-t-elle ; ma tête bouillonnait chaque fois d’idées entrepreneuriales novatrices. Pour me combler, j’ai alors choisi d’aller à la recherche d’un espace d’expression de ma créativité à travers la création de la Société Sènoudé dont j’étais devenue la promotrice en 2015. Je me réjouis aujourd’hui de cette innovation qui valorise la noix de Kola et apporte un plus à mon pays ».

La quarantaine environ, Christelle Sènoudé Bérénice Sounnouvou est ingénieure conseillère en Communication et Relations publiques. Son passage à Diamond Bank Bénin et à BG Communication reste un atout majeur pour le management des projets qu’elle s’attèle à manager avec punch, lucidité et efficacité dans la logique de l’obligation des résultats. Faisant école, son leadership fait mouche dans son entourage et ses relations d’affaires.

Propos recueillis par Innocent SOSSAVI / Agence ASEL



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *