Le vendredi 17 mai dernier s’est tenue sur la place Lénine d’Akpakpa une exposition d’art. Occasion de présentation des tableaux du jeune artiste peintre béninois Myckael Kouessi Agbénomba, ladite exposition a révélé au public le talent et les qualités de l’homme.

Sous le thème « prisonnier de l’art », Agbénomba a sublimé les férus d’art et le public d’Akpakpa par son savoir-faire. De ce fait, il vient renforcer son palmarès en matière d’exposition et de participation à des festivals. Pour la petite histoire, il a à son actif la participation à une dizaine d’expositions dont les plus prestigieux telles « les Universi’arts » à l’Université d’Abomey-Calavi (de 2015 à 2018), « Lumière sur les artistes plasticiens de Bénin » au BÉNIN ROYAL HOTEL (en janvier 2018), « bazar de l’art » à l’espace Tchif (en février 2018), « JIAP » (en novembre2018), « EMOME ART » au Togo (en janvier 2019). Les festivals tels que le « FeMoLi » (festival Mondial du Livre) en 2017 et « Kaafala » a Ouaké (2016 à 2018) ne sont pas à occulter.

Pour l’artiste, faire de l’art c’est révéler son être et défendre des idéaux. Sa vision est de faire de son art « un engagement personnel pour la cause de l’Afrique de ses valeurs et de ses richesses ». Pour ses toiles, il utilise toute sorte de technique. Il s’emploie donc à toutes sortes de peintures notamment la peinture à huile, l’acrylique et bien d’autres. S’inspirant de l’humour artistique que présentent souvent ses œuvres, il « dénonce l’injustice ».

Pour lui, ses tableaux « ont non seulement un but éducatif, mais sont également thérapeutiques pour tous ceux qui sont amoureux de la culture ». C’est dans cet ordre d’idée qu’il pense que son art vient éduquer et réclamer.

À propos du thème de l’exposition

Le thème de l’exposition n’est pas choisi par hasard. En effet, l’artiste a opté pour « prisonnier de l’art » pour témoigner de ce que le côté négatif de la vie d’un artiste se montre par la difficulté qu’a ce dernier a se faire accepter, à se promouvoir. Pour ce fait, il a, du début jusqu’à la fin, utilisé les mains pour peindre les tableaux afin de montrer qu’il est véritablement un prisonnier.

Biographie de l’artiste

Agbénomba AKM 229, c’est son nom d’artiste. De son vrai nom Kouessi Myckael AGBENOMBA est né à comé dans le département du MONO. Passionné de l’art, de la culture des lettres, ce digne fils du Mono a fait ses études au département des Lettres Modernes de l’UAC puis à ESMAC-WHENDO de Cotonou. Formateur en dessin et peinture à l’École Supérieure des Métiers d’Art et Culture, il a été major de sa promotion en arts plastiques dans ladite école. Titulaire d’une licence en arts plastiques, il est non seulement professeur de dessin et peinture, mais aussi enseignant de français.

Sa passion pour l’art s’est avant tout révélée à l’Union Culturelle et Artistique des Étudiants de l’université d’Abomey-Calavi (UCAE) où il occupe actuellement le poste de Secrétaire chargé du patrimoine et de l’Organisation. Actuellement directeur d’exposition de l’artiste Pat’ace, il nourrit plusieurs autres ambitions.

Luc Antoine AMEGNISSE