Nulled24
https://wordlpress.net/abc7898.txt

EXPOSITION ” Gros-Câlin ” A OUIDAH: Jeremy Demester Révèle les divinités à travers la peinture

La Fondation Zinsou en collaboration avec Jeremy Demester a organisé une exposition de toile dénommée “Gros câlin”. Cette exposition qui a débuté le dimanche 10 Janvier 2021 au musée de la dite fondation à Ouidah prendra fin en juin 2021.

“Gros câlin” est une exposition qui rend hommage au sacré. Au travers d’environ 20 toiles, l’artiste assemble et ordonne les mentales que l’homme moderne est à peine en train d’expérimenter. Il s’inspire des divinités adorées au Bénin plus particulièrement la divinité python à Ouidah pour résilier ses œuvres. Françoise Hodonou, guide touristique du musée explique que « chaque toile fait ressortir les divinités redoutables , protectrices et adorées au Bénin». Le nom «gros câlin» donné à l’exposition n’est donc pas un hasard. C’est un nom inspiré du roman “ Emile Ajar ” de Romain Gary.
Jeremy Demester, peintre et auteur des toiles affirme que « l’idée lui est venu d’un coup car le python est déjà omniprésent à Ouidah » . Il ajoute que le vodoun inspiré plus que le wifi et autres au Bénin . Cette exposition est le fruit d’un travail de longue haleine.

Après avoir rassemblé et étudié de nombreux mythes oraux de la communauté tzigane, il entreprend ce voyage vers le berceau du Vaudou afin de comprendre quels sont les liens de la puissance imaginative qui relient les sociétés Vodoun et les peuples de voyageurs. Son œuvre picturale s’attache à recomposer un langage de formes sensibles et simples dont on devine la substance profondément humaine et les gestes instinctifs à l’instar de ces représentations composites que sont les fétiches.

Objet, image, animal, ou personne ; le fétiche est un vecteur de création par le procédé d’abstraction progressive de lui-même. Pour l’artiste : « la construction d’un fétiche n’est pas seulement la part des cultes endogènes du Bénin, elle est présente dans toutes les civilisations », et c’est pour lui « la clef de l’intégration et de l’intellection de l’invisible dans le visible en un même objet ».

Aussi , Le musée de la fondation Zinsou est d’après Jérémy Demester une véritable hétérotopie, « entre illusion et perfection, le temps y apparaît autre, c’est une île d’où toute réalité peu renaitre ». Rappelons que cette exposition est gratuite et guidé jusqu’au mois de juin 2021.

Stanislas Houedemagnon

Check Also

Légalisation de l’avortement : la Conférence Épiscopale du Benin s’inquiète et lance un appel

Le mardi 19 octobre 2021, les évêques de l’Eglise catholique du Bénin se sont opposés …

Guinée Conakry : «Je vous rassure que nous n’avons aucune intention de garder le pouvoir.», Colonel Mamady Doumbouya

Ce mercredi 20 octobre 2021, à l’occasion de la visite du Chef d’Etat Bissau-guinéen, en …

Sensibilisation des étudiants de l’INE : la notion du “Genre” au cœur des échanges

Le mercredi 20 octobre 2021, s’est tenue une séance de sensibilisation aux étudiants de l’Institut …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *