Brice Sinsin, Recteur de l'UAC

Inauguration du siège du parc d’incubateur de l’Uac : Un pas de plus dans l’appui à l’entrepreneuriat des étudiants

98
Brice Sinsin, Recteur de l'UAC

Brice Sinsin, Recteur de l’UAC

En attendant l’implantation du quartier technopole, l’Uac poursuit la mise en place de son parc d’incubateurs spécialisés d’entreprises Startup valley. C’est dans cette optique que le siège abritant les bureaux des incubés a été inauguré, le vendredi 27 mai dernier, à Abomey-Calavi. Le ministre de tutelle, l’autorité communale, l’équipe rectorale et les partenaires de l’Uac ont été témoins de l’événement. Déjà, les premiers produits des néo-entrepreneurs se découvrent.

C’est un immeuble de type R+3 érigé en face du Clcam d’Abomey-Calavi (non loin de la mairie) qui sert de siège au parc d’incubateurs spécialisés d’entreprises Startup valley de l’Uac (Pise). Ce bâtiment abrite les bureaux des étudiants dont les idées ont été retenues. La Fondation de l’Uac, créée en octobre 2015, y a également son siège. L’une des missions de cette fondation est de lever des fonds pour le financement des incubateurs. L’édifice est mis à la disposition de l’université par le gouvernement et aménagé par l’Uac. Ses différents compartiments, autant que les autres réflexions relatives au Pise, ont fait l’objet d’une étude minutieuse coordonnée par un spécialiste américain. De même, les gérants du parc sont des spécialistes expérimentés en entreprise, et rigoureusement sélectionnés. « Ils ne sont nullement des fonctionnaires d’État », a expliqué Brice Sinisin, recteur de l’Uac. Ainsi, les incubés « ne peuvent qu’être bons puisque formés par des entrepreneurs performants » a-t-il noté. Pour le professeur Souaïbou Farougou, vice-recteur en charge de l’insertion professionnelle, la mise en place d’une technopole sur le domaine de cinq hectares octroyé par la mairie d’Abomey-Calavi est l’un des défis pressants à relever. Ce projet devra coûter 23 milliards, a précisé, Gustave Assah, président du conseil d’administration de la Fondation de l’Uac. Pour cela, l’université espère davantage de soutien de tout genre. Pour donner le bon exemple, « Agro business center » a intégré le rang des partenaires du parc par la signature d’un accord d’appui technique et de financement de cinq millions aux incubés. Pour sa part, Marie Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur, a salué l’initiative du Pise qui est un pan de la « Zone franche du savoir » prévue par le gouvernement. Elle a alors promis l’appui constant du gouvernement et la capitalisation de cette expérience au moment opportun.

Moise TCHEGNONSI



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *