ISFES : 24 étudiants soutiennent leur mémoire de  Licence Professionnelle en éducation spécialisée

119

L’Institut Supérieur de Formation des Educateurs Spécialisés «LAURA VICUÑA» (ISFES-LV) a  libéré dans la semaine du 11 au 19 juin 2018, ses étudiants en fin de formation en éducation spécialisée sur le marché d’emploi. La soutenance s’est déroulée devant amis, parents et enseignants dans l’enceinte de l’institut sis à Fifadji-Zogbo à Cotonou.

Ils sont au total 24 étudiants dont 20 dames en fin de formation en éducation spécialisée à défendre leur travail de recherche scientifique devant les jurys pour jauger leur préparation après trois ans de formation de cours théoriques et de stages pratiques. Pendant les soutenances, aucun mémoire des impétrants n’a été rejeté ; au contraire, les jurys, après avoir analysé les travaux de recherche des impétrants, ont jugés leurs sujets intéressants et d’actualité. En particulier, ce qui a attiré l’attention des jurys comme du publique sont les « projets éducatifs » réalisés lors des stages. A en croire Sœur Silvia Mélandri, directrice l’Institut Supérieur de Formation des Educateurs Spécialisés, « au cours des trois ans de formation les apprenants réalisent jusqu’à 5 stages pratiques ; le dernier, de la durée de trois mois, est celui qui sert de base pour leurs travaux de mémoire.

C’est l’exemple de cette année, par exemple, les étudiants ont choisi de réaliser leur stage à l’hôpital Bethesda, à l’école primaire privée la Ronde, au Foyer Sonagnon, au Centre Messager de la Paix, au CPS des aveugles de Sègbèya et bien d’autres. Au cours de ces stages, les apprenants ont eu à réaliser des projets éducatifs dans l’accompagnement des filles mineures mères ; dans le suivi des enfants souffrant de trouble mentaux ou de comportement ; dans la prévention de la toxicomanie en milieu scolaire, etc. Ces projets représentent une partie très importante dans le mémoire en éducation spécialisée, qui est un mémoire de recherche-action. Les jurys ont estimé que les impétrants avaient fourni un effort louable d’étude et d’action, ce qui leur a  permis de parvenir à des résultats probants à travers des projets éducatifs originaux qui permettent de trouver des solutions réalistes aux problèmes qui minent la société.

Parmi les 24 différents thèmes défendus par les étudiants, celui de Vivienne Banouin qui a porté sur les difficultés scolaires des enfants en situations de vulnérabilité. Dans sa présentation elle a su convaincre le jury qui lui a décerné une moyenne de 18/20 avec félicitations. Vivienne, comme les autres heureux du jour, étaient très émus du fruit de leur travail. Cela s’est fait savoir à travers une grande joie qui se lisait sur le visage de chacun et de chacune après la délibération du jury. Pour eux, l’attente aura été longue mais la satisfaction est venue couronner avec succès l’évaluation de leur mémoire de licence. Après leur soutenance,  ces étudiants se préparent activement, grâce à l’accompagnement de leurs enseignants dans les révisions,  pour affronter l’examen national de licence qui est à sa deuxième édition sur toute l’étendue du territoire. Pour rappel, l’année passée l’ISFES-LV a battu un record de 100% d’admis.

Yvette AROUME (Stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *