À l’occasion de la 57ème édition de la journée mondiale du théâtre, le club culturel « Perma Acha Wa » en collaboration avec le département des lettres modernes de la Faculté des Lettres, Langues, Arts et Communications (FLLAC) de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), a organisé le mercredi 27 mars 2019, une table ronde autour des questions de théâtre. L’événement s’est tenu dans l’amphithéâtre ex-flash du campus d’Abomey-Calavi.

« Théâtre et démocratie : quelles contributions des Dramaturges et Artistes au progrès social ? » c’est le thème autour duquel se sont accentués les échanges entrant dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du théâtre. L’évènement a réuni plusieurs acteurs, comédiens, écrivains, metteurs en scène, universitaires, etc. afin de réfléchir à la résolution des différents problèmes que rencontrent le domaine du théâtre au Bénin. Lesdites réflexions ont été menées à travers plusieurs panels, pour analyser le théâtre béninois sous différents angles.

Les panélistes tels que Alougbine Dine, Koffi Gahou, Claude Balogoun, Éric Hector Hounkpè, Romain Hounzandji, Rose Akakpo, Ousmane Alédji, ont montré à travers leurs interventions que le théâtre invite toujours à une prise de conscience. De la création artistique en passant par la problématique du public pour venir aux thématiques développées, ils ont démontré comment le théâtre constitue un ferment de révolution sociale. À en croire Koffi Gaou, comédien et metteur en scène, « quand on n’a rien à dire on ne va pas au de théâtre », car le rôle du théâtre c’est de corriger certaines déviances ajoute-t-il pour justifier le rôle du théâtre dans la société. Il induit des mutations sociales, met la conscience humaine à l’œuvre.

« C’est un levain de révolution », a déclaré Éric Hector Hounkpè, actuel directeur du Fitheb (Festival International de Théâtre du Bénin) pour appuyer son prédécesseur. Mais, un accent particulier a également été mis, au cours du panel, les problèmes qui minent le développement du théâtre béninois, et au nombre de ceux-ci figurent : le désintéressement du public, le manque de canaux de diffusion des productions, le manque de solidarité entre les acteurs culturels, etc. Différentes approches de solution ont également été proposées par les acteurs eux-mêmes pour redorer le blason du théâtre béninois,  qui représente un patrimoine culturel important pour le développement.

 

 

Philippe ABIODOUN & Elvire AGOSSOU (Stags)