JOURNÉE NATIONALE DE L’ARBRE AU BÉNIN: «Le fruit est aveugle. C’est l’arbre qui voit.» dixit René Char

95

Instituée par décret 85-291 du 23 juillet 1985,la journée nationale de l’arbre est à sa 36ème édition et se préoccupe de la restauration des forêts cette année. Docteur Edia Flavien Dovonou , Spécialiste en management environnemental et enseignant chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi nous éclaire sur l’importance de l’arbre.

Le Héraut : Selon vous est-il opportun d’organiser une journée nationale de l’arbre ?

Dr Flavien Dovonou : Il faut dire que célébrer la journée nationale de l’arbre,a commencé le 1er Juin 1985 sous le règne du Président Mathieu KEREKOU . Mais bien avant lui par le passé,des Rois organisaient déjà des campagnes de reboisement. Le roi AGADJA et après le roi GUEZO avec qui le palmier à huile a été répandu dans tout le Bénin dans le temps. Cette célébration permet d’attirer l’attention de la communauté nationale sur l’importance de l’arbre,la nécessité de préserver cette ressource sur le rôle qu’il joue pour la vie et pour l’équilibre écologique.

Quelle est l’importance des arbres dans la vie de l’humanité ?

L’arbre joue un grand rôle dans la vie de l’humanité. Sans arbre,il n’y a pas d’oxygène parce que c’est au niveau de l’arbre que la photosynthèse a lieu pour qu’on puisse avoir le dioxygène, lequel gaz qui est indispensable pour la respiration sur la terre. Il intervient dans la purification de l’air parce qu’il absorbe le dioxyde de carbone,le gaz carbonique qu’il utilise pour pouvoir fabriquer des matières organiques.Un endroit contenant beaucoup d’arbres est synonyme d’air non pollué donc d’air bien pur. L’arbre dans la vie de l’Homme intervient également comme source de principes actifs pour les médicaments. En Afrique de l’ouest, 80% de la population utilise les feuilles,les écorces ,les racines des arbres pour pouvoir faire des traitements contre des maladies. Il n’y a pas que ça . L’arbre nous apporte aussi l’aliment dont nous avons besoin tels que les fruits,les légumes,les céréales,les tubercules,etc… Sans arbre , l’Homme ne peut pas se nourrir.

Y-a-t-il des types d’arbres à planter ?

Les types d’arbres à planter varient suivant les régions. On ne plante pas n’importe quel arbre n’importe où. La preuve,au Bénin on ne plante des des oliviers contrairement aux pays maghrébins tels que le Maroc , l’Algérie, l’Égypte,la Tunisie où on les plante . Au Bénin également,vous n’allez pas voir les dattiers présents dans les pays sahéliens. Aussi, l’on plante l’arbre pour régler un problème. Lorsque vous prenez un endroit où l’érosion dicte sa loi,vous êtes tenu de planter des arbres qui vont pouvoir fixer le sol dans cette zone . Pour des zones où l’inondation dicte sa loi, l’on doit planter des arbres qui vont absorber le surplus d’eau dans le sol. L’on plante donc les arbres en fonction des problèmes que l’on veut régler. Aujourd’hui,il y a des arbres en voie de disparition et il faut qu’on essaie de reboiser au maximum pour les ramener afin qu’ils ne disparaissent pas ; pour que les générations à venir retrouvent ces arbres. Les arbres tels que le Baobab (Adansonia digitata : nom scientifique) , le Karité (Vitellaria paradoxa) qui produit le beurre de karité très utile,le Néré (Parkia bigblobosa) qui produit la moutarde à partir de ses graines et le Cola (Cola acuminata) qui coûte chère aujourd’hui sont en voie de disparition. Il y a pleins d’autres arbres qu’il faut sauvegarder.

Quels sont les bienfaits de l’arbre pour l’être humain et son environnement ?

Il faut retenir que l’arbre intervient dans le cycle de l’eau. Les endroits où il y a beaucoup d’arbres,il pleut beaucoup. C’est le cas de certains pays du climat sub équatorial comme le Gabon ,le Cameroun , la RDC ; où il pleut beaucoup. Mais quand vous allez dans les pays sahéliens où il y a moins d’arbres ,il ne pleut pas parceque l’arbre est un maillon fort du cycle de l’eau.

Est-ce que le déboisement qui est fait ne nous oblige pas à penser au reboisement ?

Oui,le déboisement est une réalité. Aujourd’hui dans les régions de Banikoara , Gogounou , Segbanan , Kandi, Malanville , Nikki , Pèrèrè ,N’dali, partout où on fait le coton, vous n’allez plus trouver des arbres parce qu’on les abats pour pouvoir produire du coton;ce qui est scandaleux. Le problème, c’est que nous provoquons l’avancée du désert; nous nous attirons les changements climatiques. Il faut qu’on reboise intensément ces zones. Chaque année, nous devons reboiser au minimum 10 Hectares dans chaque commune. Notre pays a 77 Communes , ce qui ferait 770 hectares. Si on pouvait faire cet exercice de reboiser 10 Hectares dans chaque commune par an, vous verrez que d’ici 10 ans notre pays sera vraiment un pays véreux , vert ,un pays où la durabilité sera assurée.

Les citoyens ont-ils des parts de responsabilité en cette journée nationale de l’arbre?

Les citoyens que nous sommes, nous devons faire de l’éco-citoyenneté. Il consiste à lutter pour la protection de l’environnement, la biodiversité , la préservation de ce que nous avons hérité ; la terre. L’éco-citoyenneté nous amène à prendre en charge les arbres que l’État nous a planté dans le cadre du projet Asphaltage. Chaque propriétaire de maison devant lequel on a planté un arbre doit pouvoir se l’approprier et l’entretenir ,l’arroser et éviter qu’on y dépose des ordures et qu’on y urine à son pied. C’est la meilleure façon d’accompagner ce qui est fait. Demain quand cet arbre va grandir,les premiers bénéficiaires, c’est les habitants. Ce sont eux qui vont également bénéficier premièrement de l’ombrage; de l’utilisation des feuilles, écorces et racines pour préparer des médicaments. Donc nous devons nous intéresser à ce qui se fait en matière de reboisement.

Vos mots de fin

Le premier est à l’endroit de nos autorités pour leur dire que le reboisement qui se fait le 1er Juin ne doit pas s’arrêter à ce jour. Tout le mois de juin,il pleut et nous devons reboiser durant tout le mois. Mon deuxième va à l’endroit des communes. Les Maires que nous avons aujourd’hui doivent savoir que l’arbre est indispensable à la vie et qu’il joue un grand rôle dans l’équilibre écologique. Chaque année, chaque Maire doit pouvoir reboiser au moins 10 hectares dans sa commune car il y va de l’intérêt du développement de sa commune. Pour finir, nous sommes en train de construire des routes et il a été démontré que les routes qui sont bordées d’arbres sont les routes qui durent beaucoup plus. J’ai eu la chance de voir certaines routes au Burkina Faso où il y a beaucoup d’arbres à gauche comme à droite et le soleil n’arrive pas à pénétrer et détruire la chaussée ; n’arrive pas à faire fondre le goudron. Du coup, c’est des routes qui tiennent bon depuis plus de 15 ans . Donc toutes les routes en construction au Bénin ; du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest ; il faudrait qu’on intensifie le reboisement autour de ces routes.

Nicolas ALLOGNON (Stag)




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *