Le mot d’ordre des trois organisations syndicales estudiantines après l’invalidation de l’année à la FLASH

109

Le mot d’ordre des trois organisations syndicales estudiantines après l’invalidation de l’année à la FLASH

Les trois Présidents FNEB, UNSEB, UNEB

Les trois Présidents (FNEB, UNSEB, UNEB)

Les trois Ordres des organisations estudiantine de l’université d’Abomey à savoir l’Union Nationale des Etudiants du Bénin(UNEB), l’Union Nationale et Scolaire des Etudiants du Bénin (UNSEB), et la Fédération Nationale des Etudiants du Bénin (FNEB) ont fait un point de presse dans l’après-midi de ce vendredi 5 Août 2016 dans le hall du Bâtiment de la presse universitaire. Ceci vient pour informer la communauté universitaire et l’opinion publique des réelles raisons de leur mouvement de grève.

Après exécution de l’hymne national, devant une foule d’étudiants venus pour la circonstance, Prince Boris Aké président de l’Union Nationale des Scolaire et Etudiant du Bénin a pris la parole pour fustiger les différentes décisions de l’autorité rectorale qui sont l’exclusion de 21 étudiants et l’invalidation de l’année en cours à la FLASH. « Ce ne sont que des décisions d’intimidation visant à tuer le mouvement estudiantin », a-t-il martelé. Il a souligné également que c’est grâce à l’implication de l’ancien président de la république Boni Yayi que la crise de la session de rattrapage à la Faculté des Lettre Art et Science Humaine (FLASH) a connu un dénouement l’année dernière. Les responsables étudiants dénonce la non-respect du séminaire suggéré sur le système LMD afin d’harmoniser son application dans les universités publiques du Bénin. « Cela n’a jamais été fait par l’autorité jusqu’à ce jour », martèlent-ils. Ils exigent que l’autorité réintègre les 21 étudiants exclus et l’abrogation de la décision de l’invalidation de l’année à la FLASH. Par finir, un mot d’ordre général de grève a été lancé sur toutes les universités du Bénin afin que les autorités prennent des mesures commodes en ce qui concerne la crise de la session de rattrapage à la FLASH
A. Yvon KOOSSOU-YOVO



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *