Homosexualité au Bénin, liberté sexuelle ou malédiction divine, Bénin, Le Héraut

L’HOMOSEXUALITE AU BENIN : Liberté sexuelle ou  malédiction divine ?

65

 

Apporté dans la société par l’occident selon les uns et les autres, l’homosexualité est aujourd’hui dans la communauté béninoise un fait qui attire de plus en plus de polémiques. Tellement d’opinions sont émises à ce sujet au point où on se demande « Devient-on homosexuel par simple plaisir ? » Une question qui mérite bien d’être explorée.

Encore appelé « communauté LGBT» (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels), les homosexuels en général au Bénin font l’objet d’une  littérature très acerbe qui se refuse de sillonner toutes pistes de tolérance. La société très peu ouverte sur cette question s’est érigée en une « brigade » qui contraint la grande majorité des homosexuels à assumer leur épanouissement sexuel en cachette.

Au Bénin, la diversité est plus ou moins acceptée semble-t-il. Que ce soit la diversité religieuse, diversité des manières de vivre, diversité des opinions, diversité des caractères, diversité sexuelle. Partant sur cette base, il convient de noter d’entrée de jeu que la diversité sexuelle, cette diversité que nous semblons accepter tous n’est pas uniquement axée sur l’orientation sexuelle. Cette diversité implique la manière dont un individu vit son identité sexuelle, qui n’est rien d’autre que l’étiquette sexuelle qu’une personne colle sur elle-même, qu’elle soit hétérosexuel ou homosexuel.

L’homosexualité est le fait qu’une personne physique soit attirée par une autre personne de même sexe que lui et s’identifie à un homosexuel et s’accepte comme tel. On est homosexuel parce qu’on s’identifie à un homosexuel et on colle sur soi-même l’étiquette d’un homosexuel. De la même manière, on est hétérosexuel parce qu’on s’identifie comme un hétérosexuel. De ce point de vue, on voit clairement que l’homosexualité n’est pas un problème de choix. Elle a une base biologique et même génétique.

Tel l’hétérosexuel ressent le désir profond et inexplicable d’être hétérosexuel, tel l’homosexuel ressent également ce désir. Maeva Bonjour, spécialiste des questions de Santé de Reproduction et de Droits Sexuels à Rutgers International à ce sujet éclaircit : « L’homosexualité est innée. On se sent homosexuel et c’est biologique. La société peut développer une « homophobie » poussée, les homosexuels vont toujours exister. Ils peuvent changer l’expression de leur orientation sexuelle donc leur comportement, soit en prenant une femme dans le cas d’un homme, soit en se mariant dans le cas d’une femme mais ils vont continuer d’être homosexuels en cachette car ils se sentent homosexuels ».

D’aucuns diront  ‘’Et ceux qui deviennent homosexuels pour des raisons financières’’ ?  A cette question, Maeva Bonjour explique que « Ces personnes font juste l’effort d’exprimer l’orientation sexuelle d’un homosexuel. Au fond, elles s’identifient à des hétérosexuels si tel est le cas ». En ce qui concerne la vie sexuelle des homosexuels, il convient de souligner que les couples homosexuels ou lesbiennes ont l’option d’exprimer l’amour, de désirer un contact physique, d’opter pour la pénétration vaginale, anale, ou orale ou d’avoir des enfants (par adoption, par fécondation in vitro, ou à travers les mères porteuses). Puisque les hétérosexuels ont aussi cette option. C’est pouvoir dans ce  choix de malédiction.

Au contraire « Dieu aime les homosexuels » a en effet affirmé Edgard Guidibi. Le réel problème des homosexuels au Bénin, c’est la société qui reste « borné » sur des opinions basées sur les mythes et se refuse de comprendre que l’homosexuel comme l’hétérosexuel a le droit d’exprimer librement son orientation sexuelle. Dans tous les cas, c’est un droit d’avoir des opinions, mais ce serait plus juste de chercher à savoir si ces opinions sont vraies et basées sur des réalités.

Malheureusement au Bénin, il n’y a aucune loi pour l’instant qui protège les homosexuels de la discrimination. Une discrimination qui s’avère aujourd’hui comme une grande menace pour la population béninoise au plan sanitaire. Mais doit-on y voir un problème psychologique.

 

Chanceline MEVOWANOU



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *