L’orientation, plus qu’une nécessité !!!

45

Réussir dans la vie après les études exige la prise en compte d’un certain nombre de facteurs ou de conditions.  Mais l’un des principaux  facteurs   du système  éducatif, longtemps ignorés  par tous, est celui d’apporter  de l’aide à l’orientation scolaire, universitaire et professionnelle à des milliers  de jeunes diplômés qui sortent des universités. Sous d’autres cieux, l’apprenant bénéficie de  conseiller d’orientation, du collège jusqu’à l’université.  Une chose est d’avoir le BAC, mais l’autre est de savoir faire le choix de sa filière parce que c’est peut- être le choix de ta carrière et donc de ta vie.  C’est une évidence. Malheureusement, la plupart des jeunes bacheliers, des parents d’élèves, des promoteurs d’établissements privés ignorent  cette évidence.

J’ai vu des étudiants en fin de cycle errer sans un minimum. Après des années d’études dans les facultés, écoles et les universités les plus prestigieuses, la majorité des étudiants sortis avec des diplômes en mains ne savent plus à quel saint se vouer.  En effet, après donc l’obtention du premier diplôme universitaire (BAC), beaucoup de ceux qui pensent continuer leurs études, font, soit eux-mêmes un mauvais choix, ou sont mal orientés. La raison est liée à une faute d’information et de non suivi d’une part, ces derniers d’autres part, n’ont pas une vision claire du choix de leur avenir professionnel. Autrement, la question de l’inadéquation entre la formation et l’emploi se pose avec acuité au point ou les universités parfois se surprennent de voir leurs étudiants avec leurs parchemins sans être opérationnels sur le marché de l’emploi.

Le gouvernement a initié   depuis des années des réformes importantes visant  l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Bénin. Ce sont entre autres, la révision de la carte universitaire nationale, l’organisation des examens de licences et de masters pour les écoles  privées, l’harmonisation des programmes de formation, la restructuration du conseil national pour l’éducation. En plus de cette belle brochette de réformes, le gouvernement en collaboration avec les différentes entités des universités publiques organise à l’intérieur du pays des journées portes ouvertes visant à sensibiliser les nouveaux bacheliers à faire un bon choix de filière. Dans la même perspective, d’autres structures privées s’activent dans cette hantise de pallier à l’inadéquation Formation –Emploi.

Les millions de chômeurs s’entassent  tels les étages d’une gratte-ciel. De quoi craindre à l’avenir une insurrection de type révolution arabe  avec l’immolation par le feu du jeune diplômé –chômeur Boazizi. Il faille désamorcer cette bombe silencieuse.

C’est pour rompre avec cette vision primitive que, votre Journal LE HERAUT, en tant que premier Journal des étudiants du Bénin reste fidèle à son engagement de réveil de conscience, après sept (7) années d’organisation du Salon d’orientation et d’information sur les universités publiques et privées du Bénin entend sacrifier à la tradition.

A travers donc, la plateforme d’orientation et d’information sur les universités publiques et privées du Bénin 2019 (POIUPP-BENIN2019), qui est à sa quatrième édition, le Journal Le Héraut, veut une fois encore accomplir son devoir de réveiller le génie créateur qui sommeille en chaque étudiants béninois. Cela doit passer par le devoir de « l’esprit d’initiative, d’innovation et d’auto-employeur ». Cette plateforme est de trancher un grand nombre des apprenants (90% des nouveaux diplômés qui ont une formation salarié, oubliant l’auto-emploi). Ladite plateforme sera diffusée sur le site du Journal : w.w.w.leherautbenin.info.

Etudiant, ton avenir dépend de ton choix !

Par Moïse TCHEGNONSI



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *