ISSIC, Centre de formation audiovisuel, plateforme d'orientation, Le Héraut, Bénin

LUC FERNAND KPELLY A PROPOS DE L’ISSIC : « La formation que nous offrons ici est destinée à faire des communicants de type nouveau (…) prêts à servir le marché de l’emploi »

226

Dans le lot des écoles de formation supérieure au Bénin, figure une qui contrairement au paradigme didactique du système éducatif béninois donne plus de place à la pratique. Fruit de l’ingéniosité d’un professionnel des médias, l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (ISSIC) sur la base des différentes expériences du promoteur et des responsables à divers niveau entend révolutionner le mode de formation au Bénin.

Placée dans un environnement médiatique doté de deux chaînes de radiodiffusion, une presse écrite, et une chaîne de télévision en vue,  Issic s’attèle déjà bien à relever ce défi.  Dans le cadre de la deuxième édition de la POIUPP-Bénin, Luc Fernand KPELLY, Juriste, journaliste, formateur, espère en communication politique et directeur des études aborde ici les  avantages de l’Issic.  Lisez…

l’ISSIC, Trois ans déjà dans l’enseignement supérieur au Bénin,  quel bilan faites-vous des formations délivrées?

Depuis la création de l’institut nous sommes dans notre troisième année, nous officions essentiellement dans le journalisme et la communication parce que nous n’avons pas voulu embrasser   beaucoup de filières. Comme son nom l’indique ISSIC Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication, donc nous on ait rien d’autres que les sciences de l’information et de communication.

Nous avons choisi une position stricte pour que les années à venir on puisse nous indiquer comme une référence. C’est dans cette optique que s’est inscrit M Toko en créant l’Institut et d’ailleurs ça se voit parce que  jusque-là, c’est un institut à rentabilité zéro car c’est le promoteur qui met son argent.

Ceux qui font la première promotion sont pour la plupart des boursiers à 95 pourcent donc ce n’est pas la rentabilité qui compte. Voilà le bilan que nous pouvons faire et dans quelque mois la première promotion sera en fin de formation.

Qu’est- ce qui fait la particularité de l’ISSIC et quelles politiques menez-vous pour faire de vos étudiants les meilleurs du Bénin ?

La particularité de notre institut, d’abord c’est par rapport à sa philosophie de naissance l’école a été créée pour répondre à un besoin pour relever un défit de la formation de mettre sur la place publique des hommes de qualités. Former avec un plus valu des gens qui pourront dire que nous avons fait telle école. Dans le fonctionnement il est également important de préciser que c’est le seul institut à bénéficier d’un cadre plus ou moins adéquat pour une telle formation.

De toutes les écoles qui forment en journalisme c’est l’ISSIC seule qui réunit toutes les conditions. Du moins en matière d’environnement. Voilà une école qui est née dans un groupe de presse qui compte un journal de presse écrite ‘’Le MATINAL’’, deux chaines de radiodiffusion dont ‘’OCEAN FM’’ à Cotonou et ‘’UBANE FM’’ à Parakou.

Nous avons aussi une très grande imprimerie, un service  web et une télévision OCEAN TV qui devrait avoir commencé par émettre depuis deux voire trois ans mais  faute de document d’autorisation, on  est bloqué. Le PDG a d’autres structures qui contribuent à la formation. Donc on peut dire que ISSIC est l’un des meilleurs environnements de formation en journalisme car,  notre particularité est axée sur beaucoup de pratique,60% que de théorique ; 40%.

On ne quitte pas ISSIC sans pourvoir démarrer une machine d’imprimerie sans apprendre à écrire vos langues maternelles ce n’est pas possible et ceux qui sont là le font. En termes d’innovation, nous  avons initié quelque chose dans le journal Le MATINAL où le journal parait tous les vendredis en Dindi et en fon.

Quelles sont les mesures misent en place par votre institut pour accompagner les nouveaux bacheliers dans le choix de leurs filières ?

Déjà en amont, nous les aidons à mieux connaitre les universités d’une manière générale. Si on n’avait pas accusé un peu de retard, on allait déjà commencer les séances d’information à l’endroit des nouveaux bacheliers pour qu’ils sachent comment se comporter avec les filières et les écoles.

Au fait, on les sensibilise à l’idée de faire un meilleur choix pour leur formation et pour les écoles la possibilité de bénéficier d’une bourse.

Comment se déroule les formations à l’ISSIC ?

La formation, c’est  comme ça se passe dans toutes les écoles. Nous sommes dans le système LMD celui du crédit, mais à cela nous avons ajouté notre approche à nous qui fait de la marque de l’ISSIC beaucoup de pratique et peu de théorie de par des critères scientifiquement établis  pour nous différentier des autres écoles. Car, nous sommes dans un environnement hautement concurrencé donc il faut tout de même marquer la différence.

Qui sont ceux qui  peuvent s’inscrire à ISSIC ?

Pour s’inscrire à L’ISSIC il faut au moins avoir le BAC ou un diplôme équivalent voir même un diplôme supérieur. Suite à cela on évaluera votre dossier. Soit vous passez les tests pour pourvoir bénéficié d’une bourse ou vous vous inscrivez directement si vous êtes financièrement bon.

On reçoit aussi ceux d’une autre école à condition que vous donnez la preuve de la ou vous venez et de ce que vous avez produit. Voilà comment fonctionnons.

S’il vous ait donné de vous adresser aux parents et bacheliers en cette veille des rentrées scolaires et universitaires?

Ce n’est pas pour faire de la publicité mais je leur dis qu’ils ont désormais là où inscrire leurs enfants et aux bacheliers, je dirai qu’ils ont là où s’inscrire s’ils ont la passion des sciences de l’information et de la communication ou le journalisme.

La formation que nous offrons ici est destinée à faire des communicants de type nouveau qui seront  très polyvalent et  prêts à servir le marché de l’emploi.

  Réalisation: Rony FATOKINSI & Adèle DARI (Stags)   



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *