ODD, Bénin et application ODD, point 5 et 10 des ODD, inégalités au Bénin, Astide MICHAÏ, Le Héraut

LUTTE CONTRE LES INEGALITES DANS LE MONDE : Le Bénin au pied de page

98

Les Nations Unis, depuis janvier 2016, à travers les Objectifs du Développement Durable (ODD) ont prévu à l’horizon 2030, une éradication totale de l’inégalité sous toutes ses formes. Libellé dans les points 5 et 10, ces objectifs prévoient un monde vidé de tout assentiment de supériorité d’un tiers sur un autre et prévoient des nations nouvelles, justes et égales.

Au Bénin où l’application de ces points a commencé dès 2016, au vu de l’élan incessant d’attachement aux inégalités par la discrimination, il est intéressant de se préoccuper du niveau de réalisation et d’atteinte desdits objectifs. Le Bénin, finalement est-il mauvais élève ou non ?

Astide MICHAÏ

Bien que promue par les différents gouvernements qui se succèdent à la tête de l’État, la notion d’égalité entre les citoyens demeure théorique en République du Bénin. Dans les faits, les inégalités de tout genre à l’égard de certaines couches sociales, perdurent. Sur un premier plan, c’est le cas de l’égalité entre l’homme et la femme dont la promotion est faite à travers diverses sensibilisations, mais que les autorités elles-mêmes n’appliquent pas.

En témoigne le faible taux de représentativité des femmes aux postes de nomination dans les organes dirigeantes du pays. Ainsi, sur les vingt un (21) membres que compte l’actuel gouvernement, l’on ne dénombre que trois femmes et un seul préfet de sexe féminin sur les douze (12) que compte le Bénin. Le constat est le même lorsqu’il s’agit de la représentativité féminine à des postes d’élections. Sept (07) femmes sur quatre-vingt-trois 83 députés que compte le parlement et 3 mairies seulement sont dirigés par des femmes sur les 77 du pays. Sur un second plan, l’une des couches les plus lésées en matière d’égalité est celle des handicapés.

L’exclusion de ceux-ci dans la participation à certains concours de la fonction publique en est un exemple. Ceci alors que ces personnes en situation de handicap étudient au même titre que les citoyens normaux. Par ailleurs, très peu réussissent à se faire embaucher dans les structures privées, une situation qui rend plus difficile leur insertion sociale. Sur un dernier plan, l’inégalité se remarque par le népotisme qui sévit à travers les nominations et accords de bourses à divers niveaux.

À ceci s’ajoute le régionalisme persistant qui refait surface à chaque échéance électorale, que ce soit au niveau national ou même au sein des organismes privés ou de jeunes. Tout ceci malgré qu’il soit inscrit aux objectifs 5 et 10 des ODD, l’éradication des discriminations de toutes sortes et que le Bénin se soit engagé depuis plusieurs années déjà sur la voie de l’atteinte de ces objectifs. Il convient dès lors de s’interroger sur les actions mises en place par le Bénin pour arriver à une éradication réelle du mal ?

Efforts consentis

Plusieurs mécanismes ont été engagés pour permettre l’éradication efficace des inégalités dans le pays. Pour la plupart, certains de ces moyens ont été instaurés avant même l’intégration des ODD. C’est ainsi que le Bénin offre un cadre juridique favorable à la promotion de l’égalité. Ceci, à travers la constitutionnalisation du principe de l’égalité entre tous les citoyens sans distinction aucune et la ratification de plusieurs accords et conventions relatives à l’égalité.

Au-delà, plusieurs autres moyens sont mis à contribution dans les différents secteurs d’activités du pays pour l’atteinte de cet objectif. Dans le secteur privé, un grand nombre d’organisations non gouvernementales et de fondations se sont spécialisées dans la promotion de l’égalité et mènent des actions dans ce sens. Pourtant, en ce qui concerne le secteur public, très peu d’actions sont entreprises dans ce sens.

À part la réforme sur la représentativité en cours depuis mars 2017 au sein du parlement, ce n’est que des actions de sensibilisation et de plaidoyer qui sont prévues par le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) pour contribuer à l’éradication des inégalités. Des actions qui ne sont d’ailleurs pas entrées dans leur phase active depuis le début de l’exécution du PAG.

Malgré les différents efforts consentis principalement par les structures privées pour le rééquilibrage de la balance de l’égalité se trouve confrontée à plusieurs obstacles de taille qui ne participent pas à l’amélioration de la situation. Il s’agit d’une part du désintérêt des autorités à divers niveaux face à la situation, qui ne constitue pour eux qu’une préoccupation de dernier plan.

D’un autre côté, la mentalité africaine et spécifiquement celle béninoise, l’éducation inculquée aux jeunes dès leurs bas âges, la culture, et les pratiques sociales y jouent également un rôle important.

Issue de secours

La question de l’inégalité entre sexes, entre citoyens de différentes régions et peuples de différentes nations étant l’une des préoccupations de notre génération, doit connaitre la participation de toutes les nations touchées par le mal afin de connaitre son éradication. Le Bénin quant à lui en s’engageant à travers les ODD doit réfléchir à la mise en place d’un mécanisme propre à sa situation pour arriver à une éradication réelle du fléau.

Ainsi, les femmes, principales acteurs de leur émancipation doivent prendre conscience de l’enjeu et travailler à s’afficher davantage. Les autorités à divers niveaux devraient quant à eux, commencer par montrer l’exemple en impliquant les femmes dans la gestion de l’État à travers leurs nominations aux divers postes de responsabilité, le parlement cependant, ferait mieux au-delà des réformes en cours, de voter une loi dans laquelle serait imposé à toutes les structures du pays, publique comme privée, un quota de représentativité des femmes.

Pour ce qui est du gouvernement, il devrait travailler à la mise en place d’un programme de sensibilisation et d’éducation en ce qui concerne l’implication des femmes à toute instance de décision.



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *