Pratique du “E-COMMERCE” au Bénin : La bonne trouvaille pour poursuivre les arnaques ?

89

Depuis quelques années, un nouveau moyen de commerce trouve un essor au Bénin. Il s’agit du E-commerce, un mode d’achat et d’échange sur internet et avec lequel, les clients peuvent voir des centaines d’articles en quelques “clics” et choisir les meilleurs produits. Alors se pose un problème, celui de la fiabilité et de l’assurance d’un échange sans risque. Finalement, ce moyen de transaction ne contiendrait-il pas plus d’inconvénients que d’avantages ? Ou ne serait-il pas une bonne trouvaille pour poursuivre le service d’arnaque ?

Il est un secret de polichinelle que les réseaux sociaux tel WhatsApp, Facebook, Instagram, Twitter et bien d’autres, sont devenus par excellence, des moyens d’échanges commerciaux aujourd’hui. Ils servent plus à des besoins de commerce en ligne en dehors de leur utilisation à des fins communicationnelles. Au Bénin surtout, tous les jours, des groupes et forums sont créés avec pour but la vente et l’achat. Sont d’ailleurs exclu de ces fora, tout enclin à l’information non commerciale, tout message de distraction. Les contrevenants en font d’ailleurs bien les frais.

Rodolpho T., administrateur d’un groupe WhatsApp commerciale, qui a requérit son anonymat, témoigne : « mon forum est essentiellement pour les échanges commerciaux. Les participants peuvent y faire des troques, acheter et vendre. Notre objectif n’est pas le partage d’informations, nous, nous nous réunissons pour faire prospérer nos affaire et gagner de l’argent ». A côté de cette méthode d’exploitation du E-commerce se trouve aussi une autre plus en vogue : celle du postage d’article sur internet. Mais face à toutes ces pratiques s’attache un risque, celui de l’arnaque.

Derrière le rideau

Dans un contexte d’expansion de la cybercriminalité, et de la course à la répression des auteurs, cette méthode de vente et d’achat ne manque pas de s’offrir intéressante pour tout cybercriminel qui nourrit l’ambition de convertir ses action et de plus les dissimuler. Si le E-commerce dès son origine promeut un échange de confiance pour mener à bien les transactions, face aux élans malhonnêtes de certains utilisateurs, une peur se génère de facto quant aux échanges. En plus, l’absence de contrôle du secteur ne manque pas d’y promouvoir des incongruités.

A preuve, des recoupements de certains témoignages et plaintes, il s’avère que ce moyen de vente offre l’opportunité de trahir la confiance d’un client pour lui chaparder des sous ou plus, le ruiner. Ceci, par la fausse vente. Par ailleurs, il n’existe aucune garantie et aucun service après-vente pour les produits achetés. Parfois, malgré le payement des marchandises mis en vente, ceux-ci ne sont jamais rendus. Ces cas de figure arrivent fréquemment sur les sites de particuliers à particuliers. Assainir le secteur s’avère donc être une urgence.

Mais tout n’est pas noir

La transaction en ligne regorge d’assez d’avantages. Contrairement à la coutume, Le E-commerce donne un accès plus facile aux produits. Par ailleurs, les nouveaux produits non encore disponibles en magasin sont exposés à l’achat sur quelques sites internet ; ce qui facilite l’anticipation sur l’achat des produits. Les coûts de transports (ou frais de port) souvent gratuits ou à très faible prix font partie des nombreuses raisons du choix du commerce électronique. Le prix d’une maison, d’un véhicule, des téléphones portables et des produits de consommation et bien d’autres peuvent être négociés en ligne. À tout ceci, s’ajoute la recherche du meilleur prix grâce à la concurrence entre les E-commerçants.

Avec une concurrence de plus en plus importante, l’offre augmente ; ce qui contribue à une baisse des prix. Ainsi, les entreprises grâce à l’internet, doublent leur visibilité à international. Ce qui leur permet de voir leur clientèle s’étendre sur plusieurs pays. En conséquence, cette nouvelle stratégie agrandit le “portefeuille de clients” des entreprises. Le client peut suivre en direct où en est sa commande, sa livraison. De plus, avec le grand développement du réseau internet, ce service libère les bénéfices des entreprises.

Adèle DARI



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *