PROMOTION DES INNOVATIONS A L’UAC : Les créations estudiantines laissées aux abandons

126

Dans les écoles et instituts du Bénin, des étudiants créent, innovent dans plusieurs domaines  d’étude. Mais ces créations ne sont presque jamais  rendues publiques. Elles sont soit exposées au sein de leurs établissements de création  ou  carrément rangées dans les tiroirs.  Tout porte à croire ainsi que ces étudiants ne créent rien du tout ou encore n’en ont pas les aptitudes.  Pourtant, le seul mal qui semble obscurcir leurs esprits de créations semble être  manque de promotion.

A l’université d’Abomey Calavi, les créations estudiantines brillent à mince éclat. Quasiment impossible de s’apercevoir le fruit de créativité des étudiants de l’Université. Pourtant,  dans divers domaines, des étudiants ont fait preuve d’un ferme esprit de curiosité  et assoiffé de faire nouveauté.  Des multiples innovations répertoriées à l’Institut de formation et recherche informatique  (Ifri) , il y a par exemple une qui s’est révélée très remarquables.

Il s’agit, d’une application de gestion  et du suivi du trafic routier. Cette dernière  facilite la gestion et le suivi du trafic routier. Elle signale à l’usager de la route  d’éventuelles embouchures de circulation en lui proposant d’autres itinéraires disponibles facilitant le déplacement. De l’autre côté, à l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (Epac), des équipements de séchage de denrées alimentaires périssables ont été inventés. Ceci pour favoriser la conservation de ces produits sur une longue durée. Dans cette veine, des moulins de céréales, des machines, des pressoirs d’extraction de jus de fruits, des foyers améliorés, et maintes autres ont été le fruit de la créativité des étudiants.  Des  fabrications, toutes, abandonnées sur des sites jusqu’à  détérioration.

Elles souffrent surtout d’une absence drastique de politique de vulgarisation. Cette politique, si elle existait, elle n’aurait donc, visiblement servit à rien du tout. Ces réflexions menées subissent ainsi une rude lapidation, et cela n’encourage guère, la culture d’innovation.

L’université, coupable

Même s’il faudra reconnaître que, globalement,  les capacités techniques du Bénin ne sont pas aussi dodues  pour lui faciliter les créations, l’Uac fournit néanmoins moins d’efforts pour booster ces créations même avec  le peu disponible.  Dans tous les rapports des institutions internationales, toutes les rencontres et les foras de haut niveau, il est clairement perçu que pour progresser, l’Afrique doit se focaliser, en partie sur les innovations.

Le Bénin aurait-il choisi d’être en quarantaine ?   Malgré les différents progrès réalisés, le Bénin souffre toujours des maux dont des solutions ont portant déjà trouvées par des têtes estudiantines.  Nombre  de coopératives agricoles continuent de transformer leurs produits agricoles et maraichers  de façon artisanale. Des entreprises manquent encore de logiciel nécessaires pour le meilleur suivi de leur personnel. Les trafics dans les grandes villes du Bénin et surtout Cotonou constituent  de rudes épreuves  et  circuler devient un véritable cheval de bataille  pour l’usager de la route.

Thérapie nécessaire

Déjà les universités peuvent s’employer à faire la promotion de ses innovations en les adoptants  Des entités, instituts et écoles se peinent toujours  dans l’élaboration des relevés de note. Un logiciel, facilitant la gestion des notes, des emplois de temps, du suivi des étudiants est créé par un étudiant et  mis en expérimentation à la faculté de droit et des sciences politiques (Fadesp), de l’Uac , ceci fonctionne à merveille.

Un exemple à suivre. Pour favoriser aujourd’hui, la vulgarisation de ces différentes innovations, il serait mieux de   mettre en place de grandes politiques de viabilisation des produis de recherche  et allouer plus d’allocation pour encourager ces étudiants créateurs.   Également, organiser des ateliers  de sensibilisation  de formation. Puis même des foires pourront être érigées pour la commercialisation de cette création.

Tout ceci permettrait  une ouverture facile au monde et ouvre opportunité pour dénicher des bailleurs de fonds et permettre la fabrication massive de ces initiatives. Le programme d’action du gouvernent du président Patrice talon, prévoit un appui à ces innovations, en prévoyant à son point 8 chapitre 4 que d’ici 2021, « le Bénin serait une plateforme internationale d’excellence, du savoir et de l’innovation ». Jusque-là, rien ne semble annoncer un commencement de la promotion de ces innovations.  Il est clair, pour l’instant les créations des étudiants ne servent qu’à la décoration dans les établissements.

Islamia  AFFO et Serge ADJAKOU (Stags)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.