Alors que la loi votée début janvier 2018 par le parlement béninois, retirant le droit de grève aux magistrats, aux agents de santé  et aux éléments des forces armées béninoises a été jugée contraire à la loi fondamentale par l’instance juridique suprême présidée par le Professeur Théodore Holo, le revirement jurisprudentiel de la Cour Djogbénou vient d’imposer un nouveau théorème à fonctionnaires béninois.

Au terme de l’audience hebdomadaire tenue hier, 28 juin 2018  à la Cour Constitutionnelle, les 07 sages ont donné  avis favorable au retrait du droit de grève aux corps paramilitaires (magistrats, agents de santé et forces de l’ordre) en déclarant ladite loi conforme à la Constitution du 11 décembre 1990. Au vu de la forte résistance enregistrée lorsque la loi a été proposée par les parlementaires, les concernés pourront-ils observer la nouvelle décision de la Cour Constitutionnelle qui reste sans recours ?

 

Thierry FANOU