SEANCE DE SENSIBILISATION A L’UAC : ÉLEONORE YAYI ET VERONIQUE TOGNIFODE ENGAGEES POUR UNE JEUNESSE ESTUDIANTINE SEXUELLEMENT EPANOUIR

128

La problématique de la sexualité a été objet d’échange le mardi 11 mars 2020. C’est à la faveur d’une séance de sensibilisation conjointement organiser par la ministre des affaires sociales et de la microfinance et sa collègue en charge de  l’enseignement supérieur. Ladite séance s’est tenue  dans l’amphi Idriss deby itno de l’Université d’Abomey-calavi.

  

” La sexualité, une responsabilité.” Tel est le point focal des échanges entre les organisatrices et étudiants C’est pour conscientiser la jeunesse estudiantine sur les questions de sexualité que les autorités ministérielles ont organisées cette séance qui vise à échanger sur les comportements et les méthodes indispensables pour une vie sexuelle épanouie.

L’événement a réuni un parterre d’étudiants, responsables étudiants, enseignants et autorités à divers niveaux de l’Université. Pour Véronique Tognifodé, ministre des affaires sociales, ce moment d’échange n’est pas pour faire l’apologie du sexe.

Mais une occasion pour invités les jeunes étudiants à se prévenir contre les risques liés à une sexualité non protégé et non responsable. Car affirme-t-elle, <<ignorer la question de sexualité dans le cursus des étudiants serait fait preuve d’hypocrisie et de légèreté. >>

De son côté, Éléonore Yayi Ladekan, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a exprimé sa joie d’être avec les étudiants afin d’échanger sur la sexualité et a remercié les enseignants pour leur mobilisation autour de cette jeunesse.

Selon le recteur de l’Université Maxime da Cruz <<lorsqu’on parle de sexualité le sens de responsabilité dois être plus fort. >> À l’en croire la sexualité est un acte dont on mesure la portée. Il a pour fini remercié les autorités d’avoir pris l’initiative d’organiser cette rencontre sur le campus.

Les participants conscient de ce que cette séance leur a apporté beaucoup de lumière sur tous les préjugés conçus de part et d’autre sur la sexualité, n’ont pas manqué de saluer l’esprit d’ouverture avec lequel la séance a été animée.

Ferdinand DANGBENON



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *