SEMINAIRE DE RESTITUTION DE TRAVAUX DE RECHERCHE A L’UAC

323

La gouvernance des entreprises multinationales et leur responsabilité sociale au cœur des échanges

La salle du Centre informatique de Recherche et de Formation (Cirf) de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) a abrité du lundi 01 au mardi 02 mars 2021 le séminaire de restitution de travaux de recherche (Bénin-Cote d’Ivoire) pour le compte du projet responsabilité sociale des entreprises (RSE). Cette assise scientifique vise à faire le point des 04 ans de travaux effectués dans le cadre du projet portant sur la gouvernance des entreprises multinationales.

au cours du séminaire par Visio conférence

« La gouvernance des entreprises multinationales et leur responsabilité sociale en Afrique Subsaharienne : la part des acteurs locaux ». J la thématique qui a été au cœur des échanges regroupant : les universitaires ; les acteurs de la société civile et les syndicalistes dans la salle du Centre informatique de l’Enam à Uac, du lundi 01 au mardi 02 mars 2021. L’objectif de ce séminaire est de restituer tout les travaux effectués depuis 04 ans, dans le cadre du projet international regroupant non seulement l’Université d’Abomey-Calavi, les organisations de la société civile telles que: « Dynamique Oscaf au Bénin et en Côte-d’Ivoire » ; l’Université Alassane Ouattara de Bouaké ; mais aussi trois universités canadiennes : « l’Université de Québec, l’université Laval et l’Université McGill ». Venu lancer les hostilités de cette rencontre, le Professeur Epiphane SOHOUENOU, Directeur de l’Enam a reconnu les mérites des organisateurs de ce séminaire et estime que ce projet pourra contribuer au développement des pays du monde. A l’en croire, cette séance constitue une base pour la gouvernance des différentes entreprises dans les localités. « Ce projet présente deux caractéristiques qui intéressent. D’abord, c’est un cadre pour l’action, une action orientée vers des résultats. La deuxième caractéristique, c’est que ce projet est toujours inscrit dans le temps. Je sais qu’il y a beaucoup de travaux qui ont été menés et il s’agit maintenant pour vous de faire le point pour savoir ce que vous avez engrangé et ce que l’on pourrait en faire dans l’avenir » a-t-il laissé entendre. Pour la Professeure Jeanne ZOUDJIHEKPON, membre de l’organisation et directrice du laboratoire de génétique de la faculté des sciences et techniques de l’Uac, le bilan des 04 ans de travaux est positif. « Les objectifs assignés au départ sont atteints à 90 % » a-t-elle ajouté.

Le Professeur Chrysal KENOUKON, administrateur du Centre Africain du Travail et Coordonnateur du projet, l’intérêt de ce projet est de permettre à tous les acteurs impliqués de savoir ce qui est caché dans la gestion des entreprises locales, les problèmes dans leur gouvernance et de faire des projections dans le futur, pour une meilleure gouvernance des entreprises multinationales. Dans sa présentation, il a déploré les difficultés liées à l’accès aux informations et au blocage des responsables de ces entreprises, en particulier en ce qui concerne le cas du Bénin et en général la violation du droit de travail, la sécurité sanitaire au sein des multinationales, les licenciements, la violation du droit environnemental, la pollution du sol et du sous-sol, la violation du droit agricole et la perturbation des activités agricoles. Pour le compte de la Côte-D’ivoire les difficultés dans l’exécution du projet sont liées à la collecte des données, à l’insertion des données dans la base, à l’analyse des donnés croisées et le retard dans l’exécution du projet. De même, les différents syndicats présents à cette assise ont évoqué le problème lié au droit de grève au Bénin dont le nombre de jour est limité.

En outre, pour les chercheurs qui ont participé au séminaire en visioconférence, Professeur Martin DUMAS, Brice ADANHOUNME, Silue NANGA, Adèle BLAKETT ce projet voulait donner de la parole aux acteurs du domaine-eux-mêmes. Pour eux, il est indispensable de continuer les réflexions dans cette même logique pour une meilleure valorisation du projet. Professeur Brice ADANHOUNME, Coordonnateur International du projet invite les étudiants et ceux qui ont travaillé dans le cadre de ce projet à la détermination et à la persévérance, afin de faire face aux défis qui s’imposent en ce qui est de la gouvernance des entreprises multinationales et leur responsabilité sociale en Afrique Subsaharienne.

De leur côté, les étudiants s’engagent à continuer les recherches dans cette même logique pour un meilleur bilan plus attirant pour une nouvelle édition. Par ailleurs, il faut mentionner que plusieurs étudiants ont fait leurs masters dans le cadre de ce projet de responsabilité sociale des entreprises (RSE).

Emmanuel AZINHOU




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *